Le mouvement syndical guinéen a été reçu par le Colonel Mamady Doumbouya, ce samedi 18 septembre au Palais du peuple. Cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la poursuite des consultations nationales entamées depuis le mardi dernier. A leur sortie de la salle, certains leaders syndicaux se sont exprimés devant la presse.

Amadou Diallo, secrétaire général de la confédération nationale des travailleurs de Guinée (CNTG)

« C’est une prise de contact ou il a demandé au mouvement syndical une universalité d’action pour que ça soit profitable à tous les travailleurs, travailleuses de la Guinée. On a exploré toutes les parties notamment on a mis en exergue le SMIG. Nous avons dit, 440 000 francs guinéens ne peuvent pas du tout faire un salaire de base d’un travailleur nouvellement recruté. Et il a pris des bonnes notes, mais le mot le plus fort qu’il a lancé c’est l’unité d’action syndicale, c’est avec cela que nous pouvons nous réunifier pour que le travailleur Guinéen trouve un lendemain meilleur. Nous nous souscrivons en cela, parce que unis et solidaires nous devenons très forts et désunis, on ne pourra rien faire. Voilà le crédo désormais sur lequel nous allons nous fonder ».

Aboubacar Soumah, secrétaire général syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG)

« Nous avons parlé du relèvement du Smic, du salaire et du relèvement de la pension. Ensuite nous avons parlé de l’amélioration de conditions de travail et de vie des enseignants. Nous avons dénoncé le manque d’infrastructures scolaires et nous avons parlé aussi de la vétusté des écoles existantes. En retour, le président du CNRD a déploré le fait que l’on soit divisé et il a parlé aussi de la récupération de certaines organisations syndicales par le pouvoir sortant. Il a demandé que nous nous retrouvions en unité pour lui transmettre un mémo qui sera rédigé par l’ensemble des organisations syndicales ».

Abdoulaye Sow, secrétaire général de l’union nationale des travailleurs de Guinée (USTG)

« Les Guinéens peuvent avoir espoir sur ces jeunes qui voient loin et qui veulent que la Guinée change et nous sommes dans cette logique du changement. Et on lui a dit clairement que les syndicalistes œuvreront aussi inlassablement pour que le changement arrive dans ce pays-là on a tant besoin. Il y a eu trop de démagogie, il y a eu trop de tueries, il y a eu trop de coopérations. Il faudrait qu’on sorte de ça et que chaque Guinéen se sente concerné par le développement économique et social de ce pays. Nous avons déposé notre mémorendum. Nous on a travaillé, depuis qu’ils ont pris le pouvoir le 5 septembre nous avons mis en place une commission au niveau du bureau exécutif de l’USTG. Nous avons rédigé notre mémorandum que nous avons déposé aujourd’hui. On a fait un résumé qu’on a lu ici mais nous avons déposé le mémorandum pour aller dans le sens de la refondation et la reconstruction d’une Guinée nouvelle que tous les Guinéens souhaitent aujourd’hui ».

Abdoul Lory Sylla et Bhoye Barry pour guinee7.com