C’est en présence de Mouctar Diallo, ministre en charge de la jeunesse et du représentant du ministre en charge des sports et de la culture, que Mambi Magassouba a présenté son ouvrage dénommé « tant d’errances », dans les locaux du jardin 2 octobre de Conakry.

Paru aux Editions L’harmattan Guinée, ce roman de fiction de 204 pages, nommé au prix Ahmadou Kourouma 2020 de Genève, parle d’un « groupe de jeunes amis qui quittent l’Afrique subsaharienne pour le Maghreb (…) » mais qui va se retrouver face à des difficultés.

D’après l’auteur, « le roman ne parle pas uniquement d’immigration. C’est un florilège de thèmes. Il parle principalement d’errance. Le message, c’est qu’on est toujours mieux chez soi. Et que pendant qu’on essaie de s’accaparer de l’ailleurs, on est en train de nous déposséder de chez nous » a indiqué Mambi.

Pour lui, le fait de voir son oeuvre sélectionnée auprès de grands écrivains, est une « consécration avant le résultat final. » C’est à cet effet, qu’il a encouragé les gens à lire le bouquin, pour se l’approprier et d’en comprendre le sens.

MOUCTAR DIALLO, MIN DE LA JEUNESSE GUINEE

Au sortir de cette présentation, le ministre Mouctar a dit toute son admiration, face à la qualité de la plume. « Ça montre que la jeunesse guinéenne a du talent, comme on l’a toujours dit. Le fait que Mambi Magassouba soit nominé par ce prestigieux prix Ahmadou Kourouma, démontre encore une fois, la capacité de réflexion et de production de la jeunesse guinéenne. Il fait la fierté de toute la Guinée. »

« Nous sommes prêts, avec le ministère en charge de la culture à œuvrer pour faire la promotion de cet ouvrage de qualité » a rassuré par ailleurs le ministre Diallo.

SANSY KABA DIAKITE LORS DE L APRESENTATION DU LIVRE TANT D’ERRANCES

Pour sa part, Sansy kaba, Directeur de l’Harmattan Guinée a invité le public à faire en sorte que ce roman soit vainqueur à la nomination. « Les responsables du prix Ahmadou Kourouma l’ont choisi par la qualité du texte. Pour Mambi, c’est simple, il faut que les guinéens s’approprient de cet ouvrage ; que les journalistes critiquent pour bien faire comprendre l’importance de ce roman à l’espace africain, mondiale, pour qu’il y ait plus de vote au niveau du jury. » a-t-il lancé comme invite.

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com