Alpha Condé, l’animal politique, n’avait pas eu pour une fois, l’intuition de préparer quelqu’un pour garder la maison RPG sans lui.  Par égoïsme ? Par négligence ? Par manque de stratégie-oui cela peut arriver au plus fin des politiques- ? Quelle que soit la raison, le parti qu’il a fabriqué brique par brique et réussi à imposer sur la majeure partie du pays est, depuis le 5 septembre dernier, dans l’expectative.

Il faut reconnaitre qu’il (le parti) est resté intact dans ses fondamentaux. Compte tenu du fait que son champion a été renversé suite à un coup d’état. Le coup de massue annihile les capacités de réaction mais ne met pas en décomposition avancée dans un laps de temps.

Ce qui signifie que le RPG peut bien compter sur l’échiquier politique guinéen et, pourquoi pas, revenir aux affaires. A condition d’extirper de ses rangs, les pique-assiettes de la République. Il s’agit là de nettoyer les écuries d’Augias. Car ces corrompus qui avaient fini par prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages, corrodent la crédibilité des RPGistes et du coup rendent leur parti fragile. Mieux vaut s’en méfier donc.