Les locaux d’un réceptif hôtelier de Conakry ont servi de cadre, ce samedi 4 juillet, à la présentation des 53 projets présélectionnés, au compte du concours social entrepreneurship compétition, initié par l’équipe du Salon des entrepreneurs de Guinée (SADEN) en collaboration avec la Société financière internationale (SFI), la Banque mondiale, le Projet de développement agricole intégré de Guinée (PDAIG) et l’Agence guinéenne de la promotion de l’emploi (AGUIPE).

Lancé le 25 mai dernier, ce programme dans son premier volet, dénommé social entrepreneurship compétition, met les projets sélectionnés en compétition, dans les secteurs de l’Agrobusiness, la santé, l’éducation, la technologie, la culture et le tourisme, la logistique et le transport. Et Dans son second volet, dénommé social entrepreneurship bootcamp, permettra aux lauréats de bénéficier des formations avec des experts. A la fin, les 12 projets gagnants, dont 2 de chaque secteur, recevront une subvention allant jusqu’à 10 000 dollars, y compris la formation.

A sa prise de parole, Sekouba Mara, directeur général de l’AGUIPE et président du comité d’organisation du SADEN, a déclaré que ce programme « est une initiative de la Banque mondiale à travers ses partenaires de l’équipe AGUIPE et surtout du SADEN, pour faciliter et essayer de juguler auprès des entreprises, notamment, la population en général, les difficultés qu’ils ont connues quant à l’avènement de la COVID dans notre pays ».

C’est à cet effet qu’il a identifié comme objectif de ce dernier, « protéger les PME contre les impacts de l’épidémie ; permettre à des entreprises de poursuivre leurs activités, parce que nombreuses ont vu leurs activités totalement arrêtées ; maintenir ou créer des emplois en cette période ; stimuler l’innovation et la créativité des jeunes ; faire participer les entreprises au maintien de la stabilité de l’économie guinéenne », a énuméré M. Mara.

D’après Alexandra Célestin, représentante pays de la SFI, ce programme est organisé en partenariat avec le SADEN et en collaboration avec la Banque mondiale à travers le projet d’agriculture intégrée de Guinée, le PDAIG, pour « non seulement promouvoir l’esprit d’entreprenariat au sein de la jeunesse guinéenne, mais également pour impulser une réflexion autour des solutions adaptées aux problématiques liées à la COVID-19 ».

Rappelant par ailleurs qu’en Guinée, le portefeuille d’investissement de la SFI « couvre les domaines minier, financier et d’infrastructure d’accueil pour un portefeuille de près d’un milliard de dollars, dont 328 millions d’investissements directs », elle a renouvelé l’engagement de son institution « à promouvoir le développement du secteur privé en Guinée».

Au nom du Projet de développement agricole intégré de Guinée PDAIG, Mohamed Sacko, a donné le pourquoi de la participation de son institution. « Pour notre participation à cet évènement, il s’agit d’un appui qui va un peu au-delà de notre feuille de route. En réalité le projet PDAIG est censé être mis en œuvre sur des localités bien précises. Et sur des filières assez particulières. Mais vu la situation économique que le monde traverse à travers la pandémie, il a été question d’aller au-delà de ce qui est préalablement établi, afin de soulager les couches vulnérables qui constituent des bénéficiaires potentiels de nos objectif », a-t-il laissé entendre.

A rappeler que la liste des 53 présélectionnés est disponible sur toutes les plateformes du salon des entrepreneurs de Guinée (SADEN).

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com