Le secrétaire général du syndicat des professionnels de la presse de Guinée, Sékou Jamal Pendessa, s’est indigné ce mercredi 23 février 2022 par rapport à la sortie du procureur général près la cour d’appel de Conakry, Alphonse Charles Wright demandant aux procureurs de premier instance d’ouvrir des informations par rapport à certains ‘’dérapages’’ constatés par la Haute autorité de la Communication.

Selon le secrétaire général du syndicat des professionnels de la presse de Guinée, le procureur général près la cour d’appel, Charles Wright fait dans l’excès. « La sortie de M. Alphonse Charles Wright nous a indignés à plus d’un titre puisque nous nous rendons compte qu’il ne veut plus respecter les limites de ses prérogatives. On ne peut pas comprendre qu’il puisse se permettre de donner des instructions à la Haute autorité de la communication comme si c’était un tribunal de première instance dont le procureur relève de son ressort donc, nous avons rappelé dans notre communication qu’il n’a pas d’instructions à donner à la HAC et que les commissaires de la HAC ne sont pas des Officiers de la Police Judiciaire dont les procès-verbaux doivent être transférés aux procureurs des tribunaux pour des fins de poursuite judiciaire », a-t-il déploré.

« Nous rappelons également à M. Charles Wright qu’au niveau du SPPG, la liberté de la presse est non négociable quel que soit celui-là qui se dressera devant nous contre cette liberté nous serons toujours là près à résister. Nous avons mis en alerte rouge tous les journalistes mais, attention nous avons également demandé aux journalistes de rester dans le cadre de l’exercice de leur métier et d’être suffisamment responsables et professionnels parce que ; le syndicat aussi n’encourage pas les dérapages qui pourraient conduire le pays vers le chaos », a mis en garde Sékou Jamal Pendessa.

Thierno Abdoul Barry pour guinee7.com