Ibrahima Kalil Keita

Le  vice-président de la  Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), El hadj Ibrahima Kalil Kéita  a  récemment invité tous les acteurs politiques à s’impliquer, sans réserve, au processus électoral en cours.

Il a fait cette invite à l’occasion des rencontres que la CENI  a eues, ces derniers temps, avec les acteurs du processus électoral. Il a ainsi estimé, que l’implication de chaque acteur  permet à la Guinée d’organiser  les prochaines échéances électorales  en toute quiétude.

Pour  le vice-président de la CENI, ‘’ceux qui pensent que sa commission ne communique pas assez,  elle  a  désormais pris la décision de communiquer   assez. La CENI, dit-il,  a collaboré avec les partis politiques même si cela a été  de façon interne. Tous  les commissaires  qui  composent la CENI sont sûrs,   à cet effet,   de bénéficier de l’indulgence des partis politiques pour que ce qui a manqué hier, ne soit plus à la charge de demain à cause des récentes  rencontres  d’échanges avec les acteurs politiques qui ont corrigé ce qui n’a pas été fait il y a quelques mois’’.

Désormais, a promis M. Kéita, tout le monde, à travers la presse, saura ce que  fait la CENI par rapport à la préparation et à l’organisation  des élections. Au retour, a-t-il sollicité, la CENI compte sur la participation de chacun et de tous pour qu’ensemble, elle puisse organiser dans un bref délai, de belles élections locales en corrigeant ce qui n’est pas bon, en appréciant ce qui est bon et en améliorant ce bon pour qu’il passe de bien à très bien ; c’est le devoir de chaque acteur où qu’il soit.

La CENI qui est constitutionnellement chargée d’organiser les élections en Guinée, indique El hadj Ibrahima Kalil, ne peut pas la réaliser seule. Elle n’a que deux mains et une tête, c’est-à-dire, elle a des insuffisances étant composée des hommes.

«Nous qui constituons la CENI, nous sommes très limités, parce que l’homme  a des connaissances très limités.La connaissance et l’homme, c’est comme l’horizon devant le marcheur, plus il approche l’horizon, plus l’horizon semble s’éloigner de lui.Quant à l’homme, plus il s’instruit, plus il découvre son ignorance relative.Nous sommes tous guinéens, nous devons nous donner la main, nous interroger, nous critiquer et nous interpeller afin de corriger les imperfections qui sont forcément liées à l’action humaine. Cet appel, nous le lançons à tous les acteurs politiques», a-t-il fait  savoir.

Selon le vice-président, le prestataire qui est retenu du nom d’ICB du Mali, c’est  pour implémenter les données que la CENI a au niveau du site central et corriger toutes les anomalies dans un délai de 90 jours à l’issu duquel, il produira les cartes d’électeur.

‘’Si nous nous donnons la main, la CENI et ses démembrements, les partis politiques, les medias, avec le prestataire et ses techniciens, c’est sûr que la Guinée pourra réaliser, en un temps record, ce travail qui consiste à  implémenter les données, à produire les listes électorales, les listes d’émargement et les cartes d’électeur, sans changer le fichier’’, a estimé le vice-président.

El hadj Ibrahima Kalil Kéita  dira enfin, que le prestataire ICB  ne fait pas du tout la révision, mais plutôt, il corrige tout simplement avec la CENI, les anomalies du fichier,en vue de parfaire, en plus de la production des documents électoraux, la cartographie des Bureaux de Vote (BV) en approchant les électeurs des bureaux ou les bureaux des électeurs afin que les citoyens puissent voter dans les meilleures conditions possibles.

AGP

Publicités