Selon le premier ministre guinéen, Ibrahima Kassory Fofana, ‘‘le FMI prévoyait un taux de croissance de l’économie guinéenne de 6% en 2020 (contre 5,6% en 2019). Il est fort probable que les conséquences du COVID-19 se traduiront par une baisse qui pourrait atteindre environ 1% de PIB en 2020’’.

‘‘Outre la baisse du taux de croissance annuelle, explicite-t-il, le niveau de l’inflation devrait aussi s’écarter de la trajectoire prévue, tandis que le déficit budgétaire devrait s’aggraver, en passant de 3,4 à 6% de PIB, face à l’accroissement inévitable des besoins de financement pour apporter une riposte économique à la pandémie’’.

En plus du ‘‘ralentissement général du système productif et la perte consécutive de recettes fiscales, induits par la situation économique mondiale, il convient de relever la position particulière de notre pays du fait de sa dépendance aux importations et vis-à-vis du secteur minier’’, déplore le Premier ministre.

Ce n’est pas tout. ‘‘Les restrictions internationales aux mouvements de personnes placent nos secteurs du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration dans une situation de fragilité inédite’’, ajoute-t-il.

Enfin, ‘‘il apparaît clairement que la crise sanitaire actuelle aura de lourdes conséquences sur l’activité économique et sur le niveau de vie des populations’’, prévient le Kassory Fofana.

Focus de guinee7.com

Publicités