C’est à travers un projet dénommé « pour qu’une légende reste vivante », porté par plusieurs structures, dont Urban Connexion, que des artistes Guinéens ont fait un clip vidéo pour rendre un « hommage mérité » à l’artiste Mory Kanté.

Ce clip vidéo officiellement sorti ce mardi, regroupe une vingtaine d’artistes de la musique mandingue et de la musique urbaine de Guinée : Sékouba Kandia Kouyaté, Sékou Bembeya, Dianka la divine, One Time, Banlieuz’art, Instincts Killers, Mousto Camara, Petit Kandia, Deeg J Force 3, Djekoria Fanta, SPAIKE, 2 Diaby, Bouba…

A travers cette musique, jouée en acoustique sous inspiration de la célèbre chanson « Yèkè Yèkè », du grand disparu, ces artistes ont rendu un vibrant hommage à celui qu’ils appellent affectueusement « N’fa Mory » (papa Mory) ou le baobab.

Pour Abdou Mbaye, l’un des initiateurs de ce projet, Mory Kanté pour la Guinée, c’est comme Bob Marley pour la Jamaïque et Johnny Hallyday pour la France. « Il faut que la légende Mory Kanté soit immortelle. Aujourd’hui, il est décédé. Mais il faut qu’il reste avec tout ce qu’il a fait à travers sa musique et sa grandeur. C’est important que nous lui rendons hommage, pour tout ce qu’il a fait pour la culture guinéenne et africaine. Il a porté haut le drapeau Guinéen à travers sa musique. C’est le seul artiste dans les années 1980, à avoir pu atteindre le monde entier. Aujourd’hui on ne peut pas rester sans lui rendre hommage » a expliqué le directeur de la structure Urban Connexion.

C’est une fierté de participer à un projet sur des gens qui ont opté pour l’histoire et pour l’éternité

SEKOUBA KANDIA

Sékouba Kandia Kouyaté : « je fais partie de la cour à laquelle apparient Mory Kanté, qui est la cour des griots. Nous sommes cette grande famille, et Mory Kanté a été un modèle, une icône, une référence de la musique africaine. Mory Kanté a su fabriquer son image. Son nom est parti au-delà de nos frontières, traversé l’océan et allé partout dans le monde entier. C’est une fierté de participer à un projet sur des gens qui ont opté pour l’histoire et pour l’éternité. Il faut reconnaître que la nouvelle génération doit être responsable, à partir de l’instant où nous avons eu la perte d’un grand baobab et se donner la main, pour booster cette musique guinéenne. »

C’est quelqu’un qu’il fallait honorer

MACKA TRAORE

Macka Traoré, opérateur culturel : « c’est une fierté, c’est un privilège que tu sois parmi des gens qui honorent une légende. Pour Mory Kanté, c’est celui qui a donné à la Guinée son indépendance culturelle entre guillemets. Parce que, comme il le disait la culture humaine est globale, mais diverse selon les régions. Et lui, il a envoyé notre culture dans toutes les régions du monde. Donc ce que je pense de lui, c’est que c’est quelqu’un qu’il fallait honorer à titre costume, mais aujourd’hui on est en train de le faire à titre posthume. J’espère qu’il repose en paix et que les jeunes que nous sommes on fera en sorte qu’on rappelle à nos fils et petits-fils, qu’il a existé un artiste qui s’appelle Mory Kanté et qui a tout fait à son vivant pour que la Guinée ait quelqu’un qui représente dignement sa culture comme l’ont fait des gens comme Michael Jackson. »

Mory Kanté c’était plus qu’un père pour nous. C’était aussi un repère

Marcus du groupe Banlieuz’art

Marcus du groupe Banlieuz’art : « Mory Kanté c’était plus qu’un père pour nous. C’était aussi un repère. Et être invité sur cette chanson qui lui rend hommage, non seulement c’est un sentiment de satisfaction, mais aussi un plaisir et un grand honneur de participer à ce projet qui lui rend hommage encore une fois. Je retiens que Mory Kanté, c’est un grand baobab, une réussite, je me rappelle qu’on a eu à débattre sur comment développer une carrière aussi aboutit que la sienne. Il nous apprenait comment gérer une carrière musicale comme il a réussi à faire avec la seine. »

Mory Kanté, jusqu’à ce jour, je ne l’ai pas vu énervé ; entrain de mal parler d’un autre artiste.

Djékoria Fanta

Djékoria Fanta : « Je viens de quitter l’Angola, grâce au nom de Mory Kanté, j’y ai fait beaucoup de tournées. Mory Kanté n’a pas donné d’agent aux gens. Mais son nom a donné beaucoup d’opportunités aux artistes. Partout où tu vas, dire que tu es un proche de Mory Kanté, même si vous n’êtes pas de la même famille, mais à travers ce nom, tu auras des opportunités. Moi j’en ai eu. Mory Kanté, jusqu’à ce jour, je ne l’ai pas vu énervé ; entrain de mal parler d’un autre artiste. Quand tu es à côté de lui, dès que tu chantes un peu, il commence à augmenter, il te donne des idées. C’est ce qu’on appelle artiste. »

On a pensé à faire un son acoustique pour donner l’émotion, faire parler le cœur

Fish Killer

Fish Killer du groupe Instincts Killers : « Il y a un truc qui se prépare en solo ou avec mon groupe. Il faut savoir que c’est notre Michael Jackson. Il faut lui rendre le maximum d’hommage. Il faut savoir que c’est une légende qui est parti. On ne peut pas venir faire danser les gens. Vu qu’il y a le confinement on a pas pu faire quelque chose pour l’enterrement. Pour ce début, on a pensé à faire un son acoustique pour vraiment donner l’émotion, faire parler le cœur, vu qu’on a perdu notre papa. »

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com

Publicités