A travers une conférence organisée à la Maison de la presse, ce mercredi 28 avril, l’Observatoire Citoyen de la Gouvernance et de la Redevabilité (OCGR) en collaboration avec le CNOSCG (Conseil National des Organisations de la Société Civile) ont procédé à la présentation de leur rapport d’étude sur le déguerpissement à Conakry et environnant.

Cette étude a été menée, selon eux, dans les 5 communes parmi les 7 que compte le Grand Conakry (Dixinn, Matam, Matoto, Coyah et Dubreka. Elle a également porté sur un échantillon de 1167 personnes dont après traitement des données, 1117 fiches (questionnaires) ont été valablement retenues.

Dans ce rapport, il est mentionné que « ce sont les magasins/boutiques (29%), Kiosques/Conteneurs (32%), Salon de coiffure (6%), restaurants/gargotes (7%) et maisons (21%) qui ont été démolis… L’étude révèle que 784 personnes soit 70% sont dans la tranche d’âge comprise entre 20 et 49 ans. Ce qui traduit la triste réalité selon laquelle, les jeunes constituent la couche sociale la plus impactée par les opérations car essentiellement composée de marchands et boutiquiers débrouillards, élèves et diplômés sans-emploi ».

Parlant du coût estimatif des biens démolis, il est ressorti « un montant minimal de 1.091.602.000 GNF contre un montant maximal de 1.337.501.000 GNF avec une moyenne de 1.583.400.000 GNF. A préciser que 63% du coût des infrastructures démolies se situent entre 1.000.000 et 29.000.000 GNF ».

Plus loin, l’OCGR et le CNOSCG ont ressorti quelques constats généraux, notamment « le caractère salutaire de l’initiative qui est une démarche qui s’inscrit dans la logique de bonne gouvernance en matière d’urbanisme; la prise de conscience chez la plupart des citoyens des caractères inaliénable et imprescriptible du domaine public; l’insuffisance et l’inefficacité de la stratégie d’information et de sensibilisation des populations par le ministère de tutelle et les collectivités ;
L’absence d’une feuille de route claire, précise et harmonisée définissant le champ d’action, les attributions, la stratégie et les moyens de mise en œuvre nécessaires aux opérations de déguerpissement; le risque de flambée du banditisme exposant les populations de Conakry et environs à l’insécurité par le fait que les opérations ont eu pour cible, la couche juvénile ».

Sur cette base, ces acteurs de la société civile ont également formulé des recommandations dont entre autres: « le renforcement de la commission d’enquête annoncée par le chef de l’État par des acteurs non étatiques et des représentants des personnes impactées; le renforcement de l’équipe de contrôle du ministère avec pour mission spécifique la gestion des cas de deux poids deux mesures constatés sur le terrain; la mise en place urgente d’une législation qui prenne en charge la procédure de déguerpissement à l’instar par exemple de l’expropriation pour cause d’utilité publique; la mise en place immédiate d’un fonds pour la réparation des dommages causés aux victimes régulièrement installées, par le recensement des familles indigentes et un soutien à la relance des activités économiques dans les zones impactées. »

Mohamed Soumah pour Guinee7.com 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.