Les challenges du sextennat (Par Dr Sidiki Cissé)

Aussitôt investi , ou pour dire  mieux , réinvesti de la confiance de la majorité du peuple suite au vote historique du 18 octobre de 2020  pour conduire le premier mandat de la 4ième  République , l’infatigable bâtisseur guinéen, le Professeur  Alpha Condé , aura vite fait de retrousser les manches pour  l’atteinte de  l’objectif prioritaire qu’il s’est désormais assigné : faire de notre pays la 2ième économie de la sous région Ouest africaine, après le Nigéria.

Pour parvenir à cette fin , la nouvelle gouvernance initiée sous le label du “ gouverner autrement’’  devra affronter et  relever de nombreux défis.

Le dialogue inter guinéen

Convaincu que le dialogue reste le principal moyen pour l’obtention d’un climat de paix et de quiétude indispensable à la réalisation  de son ambitieux programme de construction d’une Guinée émergente , en apôtre de la paix, le Président de  la République  a déjà jeté les bases d’ une concertation qui se veut inclusive.

La création d’un cadre permanent de dialogue, la nomination comme secrétaire permanent de ce même  cadre de dialogue d’un homme de consensus en la personne d’elh Fodé Bangoura, ainsi que la grâce présidentielle accordée à de nombreux  détenus dits politiques, témoignent  à suffisance de la ferme  volonté du Chef de l’Etat à réunir autour d’une même table tous les guinéens, au-delà des divergences politiques.

Le récent plaidoyer du Président de l’Assemblée nationale, l’Honorable Damaro Camara, pour une   accélération des  procédures judicaires  concernant certains pensionnaires de l’ Hôtel  5 étoiles de Coronthy, s’inscrit justement dans cette veine d’apaisement des tensions  sociopolitiques nées  des    différentes consultations électorales de l’année 2020 .

Puisse cet appel du Président de la  2ième  Institution républicaine de note pays être entendu par la Justice !  Ce faisant, elle créerait les conditions qui permettront au Président de la République de  donner la preuve, encore une fois, de sa  grande capacité de tolérance et de pardon,   lui  dont le souhait le plus ardent  est de voir les guinéens libres ,  plutôt  qu’ en prison.

La mobilisation accrue  et la sécurisation  des recettes

Après avoir longuement et patiemment observé les manèges des concussionnaires très  souvent camouflés  dans les hautes sphères de l’administration publique, le Président de la République vient de sonner le tocsin  en  décrétant les mesures suivantes :

  • Une mobilisation accrue des ressources suite au constat de l’existence de nombreuses niches fiscales qui constituaient de véritables chasses gardées pour des bandits à col blanc, en faisant signer des  contrats de performance avec les ministères du pool économique.
  • La mise en place du SAFIG (Système d’information de l’administration fiscale guinéenne), un outil  qui permettrait  au Chef de l’Exécutif guinéen de suivre toutes les transacttions au niveau des régions financières de l’Etat .Espérons qu’il soit aussi fiable qu’on l’imagine.
  • La généralisation du payement électronique à tous les niveaux au sein de l’administration publique.
  • Un audit de tous les  contrats publics de marché de gré à gré.

A ces mesures auxquelles viendront sûrement  s’ajouter bien d’autres, on peut espérer qu’un coup dur, à défaut d’être mortel, sera porté à la corruption qui est un véritable fléau «  qui affecte le développement économique et social dans le monde, tout  comme l’anémie falciforme peut affecter l’hémoglobine », selon  Souleymane Boel , scénariste français.

Pour réussir cette croisade anticorruption sans laquelle on ne saurait parler de mobilisation accrue et sécurisation des recettes, le Chef de l’Etat devra s’appuyer sur une équipe d’incorruptibles  car, comme l’a dit Vladmir Poutine, citation : « Ceux qui luttent contre la corruption devraient être irréprochables eux-mêmes ».

Autosuffisance alimentaire

Avec 6,2 millions ha de terres arables, 364000 ha de terres irrigables dont seules 30200 sont actuellement aménagées, 1165 cours d’eau et une moyenne pluviométrique annuelle de 1429,8 mm  pour l’ensemble du territoire , la Guinée possède indiscutablement de nombreux atouts pour arriver à l’autosuffisance alimentaire.

Si la  3ième  République a  posé des actes qui auront consisté à faciliter aux paysans l’ accès aux engrais, aux herbicides  et aux semences améliorées à des prix accessibles, ainsi qu’ à l’amorce d’un début de mécanisation , l’atteinte  de l’autosuffisance alimentaire est un défi  que le  sextennat devra relever pour matérialiser le vœu du Président que traduit  son expression favorite : «  consommons ce que nous produisons, produisons ce que nous   consommons ».

Comme dit précédemment, la Guinée a tous les atouts pour être autosuffisante du point de vie alimentaire ; elle pourrait même constituer un des greniers de l’Afrique de l’ouest.

Pour parvenir à cette fin, la mise en œuvre des actions suivantes nous paraissent indispensables :

  • Aménagement d’importantes superficies  ;
  • Mécanisation poussée du cycle de production de la semence à la récolte ;
  • mise à disposition de quantités suffisantes d’engrais, d’herbicides et de semences améliorées ;

-Formation des conducteurs et mécaniciiens des engins agricoles ;

– constitution de stock de pièces de rechanges ;

– faciliter la circulation entre les zones  de production et le marché par la construction de pistes  rurales.

 Une organisation réussie de la prochaine coupe d’Afrique des nations de Foot Ball

Premier pays indépendant de l’ex AOF (Afrique occidentale française), grâce au leadership du Professeur Alpha Condé, la Guinée attrape enfin son droit à organiser une coupe d’Afrique des  nations , plus de 60 ans après son accession à la pleine souveraineté, malgré son indéniable potentiel dans ce domaine.

Ne serait ce pas  l’un des plus  beaux  cadeaux  que ce sextennat offrirait à la jeunesse guinéenne en 2025, concrétisant ainsi la promesse du Président qui à toujours affirmé dédier ce mandat aux  jeunes et aux femmes ?

La tenue  de la 35ième édition de la coupe d’Afrique des nations de Foot Ball  dans notre pays étant  un fait  désormais acquis, le challenge résidera dans  la parfaite organisation de la compétition  qui devrait être un modèle de réussite qui sera  cité dans les annales de l’histoire de la couronne continentale du sport roi.

De ce point de vue, on peut valablement accorder une confiance totale au Ministre des Sports, Sanoussy Bantama Sow, affectueusement appelé “ petit sow’’, qui se surpassera  dans l’organisation pour faire honneur à son père spirituel.

La construction du transguinéen

Considérée comme un  « serpent de mer » qui a défié tous les gouvernements depuis la 1ière République  jusqu’à la 3ième , la construction de ce chemin de fer qui partira de la région forestière , en  traversant une partie de la Haute Guinée et du Foutah, pour  finalement arriver  à Benty, en Basse Guinée, soit sur près de 800 km, sera  indiscutablement l’une des plus grandes réalisations  de la 4ième République.

Par sa multifonctionnalité, ce chemin de fer sera un réel levain pour le développement des  régions traversées.

La construction d’une raffinerie  de production d’alumine

Bien que  détentrice du 1/3 des réserves mondiales de bauxite, et 2ième productrice de cette matière première  avec une production estimée dernièrement à 80 millions de tonnes/ an, le challenge de  la construction de la première usine post indépendance  sera vraisemblablement remportée  grâce à la vision et à  la pugnacité du Président  Alpha Condé au cours de ce sextennat ; la raffinerie d’alumine de Rusal ayant été construite pendant la période coloniale, et  inaugurée après l’ Indépendance  du pays acquise le 2 octobre 1958.

Nonobstant les gros efforts  consentis dans les secteurs de l’eau, de l’électricité , de l’éducation, de la santé , des routes, de la Justice et de la Sécurité, beaucoup reste encore à faire, mais  d’importants et décisifs progrès seront enregistrés avant la fin de ce premier mandat de la 4ième République,  si l’on prend en compte les ambitieux projets annoncés.

Pour avoir réalisé et être entrain  de réaliser  certains projets auxquels personne ne croyait plus  avant son arrivée au pouvoir en 2010 (Projets Souapiti, Amarya  et le Transguinéen ),  le Président de la République se révèle  aussi être  un ingénieux dompteur de « serpents  de mer ».

Que le tout Puissant lui donne la longévité, la santé  et les  moyens  nécessaires  pour dompter cet autre « serpent de mer » que tend à devenir  la reconstruction  du chemin de  fer  le“ Conakry-Niger ‘’,qui relie  Conakry à  Kankan, Capitale régionale de la Haute Guinée.