Les dirigeants du G20 ont publié un communiqué samedi indiquant leur engagement dans la lutte contre l’épidémie Ebola qui est devenue un véritable problème économique après avoir été simplement un problème médical.

“Les membres du G20 se sont engagés à faire tout ce qui est nécessaire pour assurer que les efforts internationaux mettent fin à l’épidémie et pour traiter les coûts économiques et humanitaires sur le moyen terme qui en découlent”, indique le communiqué.

“Nous sommes conscients du grave impact humanitaire, social et économique pour les pays concernés, mais aussi du potentiel de propagation de ces effets”, poursuit le communiqué.

Les dirigeants du G20 ont souligné l’importance du travail effectué par la Mission des Nations unies pour la lutte contre Ebola (UNMEER) pour endiguer l’épidémie, soigner les personnes infectées, assurer les services essentiels, maintenir la stabilité et prévenir la propagation du virus.

Les membres du G20 ont affirmé vouloir partager leurs expériences positives avec leurs partenaires en matière de lutte contre le virus Ebola, notamment en sensibilisant les travailleurs humanitaires aux bonnes pratiques pour leur environnement de travail et en leur offrant des formations.

Le communiqué appelle les divers acteurs concernés (chercheurs, législateurs et groupes pharmaceutiques) à développer des outils de dépistage, des vaccins et des traitements qui soient à la fois sûrs, efficaces et abordables.

Ils ont également exhorté la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) à continuer de soutenir activement les pays affectés et ont salué l’initiative du FMI de débloquer 300 millions de dollars supplémentaires pour endiguer l’épidémie et atténuer les pressions sur la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone.

“Cette épidémie démontre l’urgence de traiter les problèmes systémiques sur le long terme et de combler les manques en termes de capacité, de préparation et de capacité de réponse qui exposent l’économie mondiale aux effets des maladies infectieuses”, ajoute le communiqué.

“Nous invitons tous les pays à mobiliser des ressources pour renforcer la préparation aux niveaux national, régional et mondial contre la menace que les maladies infectieuses présentent pour la santé mondiale et pour une croissance forte, durable et équilibrée pour tous. Nous restons vigilants et réactifs”, conclut le communiqué.

 

Xinhua

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici