Aux lendemains de leur rencontre avec le premier ministre chef du gouvernement, Ibrahima Kassory Fofana, les leaders des partis politiques de l’opposition ont organisé une conférence, ce jeudi 19 septembre. L’objectif était de faire le compte-rendu des échanges avec le premier ministre.

“Cette consultation n’est pas médicale mais elle est thérapeutique parce qu’elle soigne l’esprit… nous avons fait l’utilisation de notre faculté constitutionnelle à venir discuter avec l’appareil de l’État, leur montrer les positions qui sont les miennes et qui ne sont en rien en porte-à-faux avec l’esprit que le FNDC (Front national de défense de la constitution) défend. Nous défendons la constitution, son intégrité, son exigence et nous refusons un tripatouillage de la constitution au profit d’un individu”, a expliqué Boubacar Siddighy DIALLO, président du parti UMP.

Les leaders qui ont rencontré le premier ministre sont-ils exclus du FNDC ? Sur cette question, Dr Ibrahima Diallo, président du parti ABC-BOC tranche : “Le FNDC c’est nous, ce n’est pas quelqu’un d’autre, c’est nous. Ce n’est pas Dr Diallo seul, c’est nous. Donc, dire exclure ou pas exclure, on attend cette notification par voie de presse ou écrite.”

Par ailleurs, ces leaders ont rejeté en bloc l’accusation portée à leur encontre, comme quoi ils ont reçu de l’argent avec le PM Kassory. Ils disent qu’en s’y rendant, ils n’ont obéi qu’à l’article 58 de la constitution.

“La seule chose que je peux dire, celui qui voit, qui a la preuve de ça, qu’il est digne fils de ce pays et il veut contribuer au développement de ce pays, il peut publier, il peut dénoncer. S’ils n’ont pas de preuves, ils n’osent pas sortir comme nous le faisons pour dire les choses. Si moi j’ai la preuve qu’un politicien est vendu ou qu’un journaliste a été corrompu, je sors la preuve et je la publie”, a argumenté, Boubacar Siddighy DIALLO.

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199


Publicités

Laisser un commentaire