Samedi 6 juillet, lors de l’assemblée générale hebdomadaire de l’UFDG, Kalémodou Yansané, un des vice-présidents du parti, a loué la présence des députés de son parti à l’Assemblée.

“Je dois vous dire que les militants de l’UFDG ont eu raison de demander à leurs députés de rester à l’Assemblée nationale malgré le fait que le délai réglementaire est dépassé. Si on n’était pas restés, deux lois importantes étaient préparées contre nous. La première c’était de modifier le code électoral. Modifier le code électoral veut dire quoi ? ça veut dire que les chefs de quartiers que les partis politiques doivent désigner soient simplement nommés par les maires. Nous avons dit non. Et comme si nous disons non aux lois organiques ça ne passera jamais, cette loi n’est pas passée. Ils savent que nous avons 75 chefs de quartiers contre 128 pour le RPG. C’est pourquoi ils veulent maintenir le statuquo. Une deuxième loi concernait la CENI. Ils ont voulu diminuer les démembrements de la CENI à l’intérieur du pays pour qu’ils soient gérés par les préfets, sous-préfets et fonctionnaires de l’Administration. Cette loi aussi n’est pas passée parce que nous sommes là. Tant qu’ils sont à l’Assemblée nous serons là”, a expliqué l’honorable Kalémodou Yansané.

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199