Dans un reportage diffusé sur France24, Rachid Ndiaye, le ministre guinéen de la communication a ‘’minimisé’’ les accusations portant sur les difficultés liées à l’exercice du métier de journaliste en Guinée.

Après ses sorties sur les médias internationaux où il a parlé des tueries lors des manifestations de l’opposition, le chef du département de la Communication estime que les difficultés évoquées par les hommes de médias ne sont pas imputables au gouvernement guinéen, même s’il reconnaît qu’elles existent sur le terrain.

« Aujourd’hui, il n’y a aucun journaliste qui soit interpellé, qui soit en prison. Il n’y a pas de délit d’opinion. Les difficultés sur le terrain, c’est un fait, mais les difficultés ne sont pas liées spécialement au gouvernement », a confié l’ancien journaliste au micro de nos confrères français.

Cependant il faut rappeler, des interpellations en 2017 (Aboubacar Camara, DG Gangan tv). D’autres ont été agressés à la même année à l’escadron mobile de Matam. Sans oublier qu’un procès est en cours, dans lequel un journaliste est cité à comparaître.

Alpha Mady pour Guinee7.com

Publicités

Laisser un commentaire