Aboubacar Sylla, fondateur du journal L’indépendant, député UFDG, porte-parole de l’opposition dite républicaine

Jean-Marie Doré considéré comme le  trublion de la politique guinéenne, vient encore de faire parler de lui par des sorties au vitriol parsemées de noms d’oiseaux contre Cellou Dalein Diallo et Aboubacar   Sylla, respectivement chef de file,   et porte-parole de l’opposition.

Le secrétaire général de l’Union pour le progrès de la Guinée (UPG) est en effet, tombé à bras raccourcis sur Cellou Dalein Diallo dans la presse, sans raison apparente. Accusant celui-ci d’avoir fait preuve de ”faiblesse”, en  cédant sans contrepartie au maintien de l’opérateur Waymark, contre l’avis de ses pairs de l’opposition.

Face à la gravité des accusations, Aboubacar Sylla ne pouvait laisser passer de telles ”contrevérités” sans ruer dans les brancards, en tant que porte-parole de l’opposition républicaine, et par conséquent dépositaire de la mémoire de cette institution. Pas pour voler au secours  de Dalein, mais pour rétablir la vérité des faits.

‘‘ Il s’agit d’affabulations pures et simples. C’était plus un règlement de compte que la relation de faits effectivement vécus’’, avait reconnu Aboubacar Sylla, en réaction à ce coup  de gueule de Doré.

Cela n’a hélas pas été du goût de l’ancien Premier ministre, qui, réputé pour son tempérament impétueux s’en est pris au président de l’UFC. Le traitant de ”pique-assiette”.

Il faut reconnaître que depuis un certain temps, Doré s’illustre par un flot de  propos orduriers   qu’il déverse à tout vent envers ses pairs. ‘‘Pique-assiette, cloporte, minable, personne de condition inférieure, menteur ‘’, tels sont les termes prisés de l’honorable Jean-Marie Doré, dont l’âge et le statut commandent pourtant la pondération.

Le président de l’UFC que notre reporter a rencontré suite à ces attaques proférées contre sa personne, n’a pas souhaité réagir.  Ce n’est d’ailleurs pas dans les habitudes de Sylla de répondre à des propos, surtout quand ceux-ci frisent le ridicule. Comme ceux de l’honorable Doré.

Il y a lieu de dire que certains citoyens choqués par cet écart  de conduite du septuagénaire ne sont pas tendre envers lui. Ils parlent même de ”trouble du comportement, qui est un trait spécifique du grand âge.” Et pour ceux, l’ancien Premier ministre frappé sans doute de sénilité, a l’air d’avoir perdu sa lucidité. Et qu’il serait grand temps de lui trouver de la place dans un asile pour personnes âgées.

En tout état de cause, Doré  passe pour un personnage ”ambivalent” aux  yeux de la majeure partie de l’opinion ;  une sorte de Jean Nguza Karl-I-Bond, ancien Premier ministre de Mobutu, décédé en 2003 de démence, dont les turpitudes ne surprendront guère…

Bah Alassane
In l’Indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici