C’est lors d’une session des Mercredis du livre, ce 30 décembre, présidée par la maire de Kaloum, Aminatou Touré, que les livres Le rêve d’un autodidacte et Jamais prisonnier d’opinions, ont été présentés par leur auteur, à Conakry

Pour son premier roman, cet écrivain congolais dit à propos : « Jamais prisonnier d’opinions est composé de 139 pages, préfacé par Henri Papa Mulaja, édité par les éditions Luzabusu. Le livre est une invitation à savoir que chaque être humain marque son passage en donnant son opinion.  Et c’est une invitation aussi à penser qu’il est temps que les Africains sortent de prison, parce qu’il y a des pays qui ressemblent à des prisons. Il y a des villes qui ressemblent à des prisons, parce qu’on interdit aux citoyens de s’exprimer… »

Pour le second ouvrage, qui a 219 pages réparties en 13 chapitres, il déclare : « C’est une invitation à croire que tout commence par un rêve, mais c’est aussi comme dans un rêve, la vie ; il faut simplement prendre le départ à partir de là où la vie vous a déposé. C’est aussi un roman qui encourage les gens à avoir un rêve avec des stratégies ; et un rêve sans stratégie, c’est de dîner avec les morts ».

D’après Sansy Kaba Diakité, directeur des éditions Harmattan Guinée, c’est une opportunité de faire la promotion d’un autre écrivain.  « Ce soir, nous étions dans un schéma de diffusion. Un auteur était de passage à Conakry ; nous a présenté deux ouvrages ; nous avons trouvé l’opportunité de présenter ces deux ouvrages à la Guinée.  Mais il s’est trouvé par coïncidence, que cet auteur parle de notre capitale qui a été en 2017 Capitale mondiale du livre (…) J’ai pris l’engagement que le livre sera réédité par les éditions Harmattan Guinée pour que cet ouvrage soit disponible un peu partout. Il s’agit du premier livre d’un autodidacte… »

Par ailleurs, il estime que le livre qui parle de la Guinée contient quelques erreurs dues à la faible connaissance du pays par l’auteur. Et que ces erreurs avec cette collaboration, seront résolues.

Quant à la maire de la commune de Kaloum, Aminata Touré, elle a remercié cet auteur qui donne des séances de formation dans sa commune. Elle a également estimé qu’il faut que le patrimoine culturel guinéen, qui a toujours été représentatif, le soit encore plus.

Abdou Lory Sylla pour guinee7com