Ce jeudi 4 février, au Centre culturel franco-guinéen, Mohamed Lamine Kourouma, enseignant chercheur, a présenté son livre intitulé Première classe Facély Koroma. Des fiançailles à la guerre.

Dans cet ouvrage, l’auteur relate les tumultes de l’histoire amoureuse d’un couple kouranko de Kissidougou.


A travers l’histoire de son père qui a quitté l’armée française pour la fondation de l’armée guinéenne, l’auteur plaide la cause de ces hommes qu’il qualifie de « laissés pour compte ».

Selon lui, l’objectif du livre « c’est d’appeler le pouvoir public à veiller sur les anciens combattants. Vous savez, il y a deux groupes d’anciens combattants. Ceux qui n’avaient pas atteint l’âge de la retraite et avaient démissionné de l’armée coloniale française pour venir fonder l’armée guinéenne et qui sont laissés pour compte. D’autres sont décédés misérablement. Et c’est sur ce point qu’il faut qu’on attire l’attention, pour dire au public de demander, comme le Sénégal l’a fait, de rétablir nos parents dans leurs droits. C’est-à-dire, de payer les pensions de ceux qui ont fait les 8 ans. Même si on ne paye pas leurs pensions, parce qu’ils sont décédés, mais ils ont des enfants vivants ».

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com