Objet : Rétablissement de fonctionnaires et d’élus locaux injustement affectés ou démis
Monsieur le Premier Ministre,

Nous tenons à attirer votre attention sur les sanctions arbitraires infligées par certaines autorités administratives territoriales à des cadres en service à l’intérieur du pays au motif que ceux-ci n’ont pas soutenu efficacement le RPG arc-en-ciel lors des élections législatives du 28 septembre 2013.

Pour illustrer ces dérives qui prennent une ampleur de plus en plus grande, nous vous faisons tenir, ci-joint, une liste non exhaustive de responsables administratifs et politiques considérés comme militants et sympathisants de l’opposition et récemment frappés de mesures de révocations ou d’affectations dans des zones éloignées de leur lieu de fonction actuelle.

Nous saisissons cette occasion pour vous demander de bien vouloir appeler vos services au respect des dispositions de l’article 26 de notre constitution qui consacre le principe de neutralité du service public et qui interdit de ce fait tout amalgame entre l’exercice d’une fonction publique et la pratique de toute activité politique.

Nous vous rappelons que l’état de dégénérescence avancée de notre administration et son incapacité à jouer efficacement son rôle de moteur et de régulateur du développement économique et social s’expliquent essentiellement par de telles pratiques qui privilégient plus les affinités politiques que des critères objectifs de compétence dans le choix et la nomination des cadres.

En conséquence de ce qui précède, nous vous prions de bien vouloir, dans un esprit de justice, faire annuler l’affectation de ces fonctionnaires, rétablir ces élus locaux dans leurs fonction et veiller à ce que soit mis un terme définitif à ce type de sanctions dont le caractère injustifié et anachronique est de nature à desservir durablement le développement de notre pays et la consolidation de la cohésion nationale.

Veuillez agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’assurance de notre haute considération.

Pour l’opposition républicaine
Le Porte-parole

ABOUBACAR SYLLA

Conakry, le 12 novembre 2013

P.J. : Liste partielle de fonctionnaires
et d’élus locaux victimes de sanctions injustifiées

Cc : Ministre de l’Administration du Territoire
et de la Décentralisation

Annexe à la lettre de protestation du 13 novembre 2013 adressée par l’opposition républicaine au Premier Ministre

—————

LISTE PARTIELLE DE FONCTIONNAIRES ET D’ELUS LOCAUX AFFECTES OU DEMIS DE LEURS FONCTIONS APRES LE SCRUTIN LEGISLATIF DU 28 SEPTEMBRE 2013

1. A Kankan :

– Mr Luncény KABA, Matricule 238535E Secrétaire Fédéral de la Jeunesse du PEDN, affecté à Tougué;
– Mr Antoine DOBO, Matricule 144146V Secrétaire Fédéral de l’UFDG, affecté à Lélouma ;
– Mr Souleymane Béavogui, Matricule 194728F membre du Bureau Fédéral du PEDN, affecté à Gaoual.

2. A Dabola :

Le Sous-Préfet de Bissikirima a, par communiqué radiodiffusé le 25 octobre 2013, relevé de leurs fonctions les élus locaux suivants :

– Mr Thierno Abdoul Barry, Président du district de Sampolia ;
– Mr Amadou Bassy Sow, Président du district de Hamdallaye ;
– El Hadj Abdoulaye Barry, Vice- président du district de Kolon ;
– Mr Ibrahima Diallo, Chef secteur de Noumoussoulou ;
– Mr Alpha Mamadou Diallo, Chef secteur de Loppé II
– Mme Oumou Bagou Camara, Chef secteur.

3. A Faranah :

– Mr Barry Thierno Sanoussy, Matricule 238554S, Secrétaire de la Section UFDG de Maréla est affecté à Tiro

P.S. Cette liste est loin d’être exhaustive. Elle sera complétée au fur et à mesure que les informations relatives à des cas similaires seront précisées.