Lundi 11 juillet dernier, au QG de l’UFDG, l’opposition guinéenne par son porte-parole, Aboubacar Sylla annonçait avoir reçu un courrier du ministre de l’Administration du Territoire l’appelant au dialogue. Du coup elle disait être prête à répondra à cette invitation sans en espérer grand-chose.

Et coup de théâtre, en fait de rencontre avec le gouvernement ce jeudi 14 juillet, l’opposition sous la houlette de Cellou Dalein Diallo organise une conférence de presse et annonce par la voix du même Aboubacar Sylla que «nous avons refusé de prendre part au dialogue politique qui devrait se tenir à la Primature, parce que le courrier adressé à l’Opposition républicaine semble être une convocation. C’est pourquoi d’ailleurs, nous avons décidé de maintenir notre manifestation sur les places ».

Que s’est-il passé entre lundi et jeudi? Rien d’officiel ne répond à cette question qui nous amène à une autre d’ailleurs : Les faucons de l’opposition ont-ils eu raison des colombes ? Rien n’est moins sûr.

Qu’à cela ne tienne lors de la conférence de presse apparemment improvisée, l’opposition d’un côté se montre défenseur des forces de sécurité en indiquant   selon une dépêche de l’AGP que « de 2010 à nos jours, la Guinée a perdu 9 mille milliards de Francs guinéens répartis entre les entités de personnes. Etant donné que le Ministère de la Sécurité, qui est sensé sécuriser les citoyens et leurs biens, n’a même pas 2% de subvention dans le Budget national».

Et de l’autre côté, elle cloue cette même sécurité au pilori: «ce sont des forces de l’ordre qui incitent la violence dans les manifestations de l’opposition républicaine. Nous avons perdu 70 de nos militants dans les manifestations politiques, sans compter les pillages de boutiques et de voitures de certains de nos militants.»

Aziz Sylla pour guinee7.com

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici