Après près d’une heure de concertation à huis-clos entre des responsables de l’USTG et ceux du SLECG, les ardeures se sont apparemment calmées et une décision convenable aux différentes parties à finalement été annoncée à la presse qui attendait impatiemment ce vendredi.
Au lieu d’attendre 30 jours, il a désormais été décidé que toutes les fédérations de l’USTG soient immédiatement prêtes à rentrer en grève dès lors que le gouvernement mettra en exécution sa menace de radier les enseignants grévistes au mois de janvier.
“Appréciant les conséquences du gèle de salaire en violation des lois de la république et les perspectives de radiation des enseignants qualifiés, compétents pour assurer la formation de nos enfants, nous disons à la face du monde tout en prenant en compte l’appel que nous avons lancé aux institutions nationales et internationales, à la population Guinéenne, aux responsables à tous les niveaux,  de faire en sorte que nous soyons au tour de la table afin que par le dialogue, nous puissions solutionner la crise dans le système éducatif”, a déclaré Abdoulaye Sow SG de l’USTG.
Et de poursuivre : “Nous avons fixé un délai pour réagir fortement, mais ce délai peut être racourci dès l’instant où des actes contraires à nos lois, notamment des actes de radiation, seront posés, tout le mouvement syndical ou toutes les fédérations composantes de l’USTG seront debout pour dire non à ces actes. Ça peut-être dans 24h, dans 48h, comme dans 72h. Nous sommes debouts et nous sommes prêts à réagir à tout acte en violation de nos lois”.
Par ailleurs, le Camarade Abdoulaye Sow a précisé que si toutefois il n’y a pas d’acte de radiation dans le rang des enseignants, l’USTG attendra l’écoulement des 30 jours comme prévu, avant de lancer une grève générale.
Mohamed Soumah pour Guinee7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici