La mort de deux détenus à la maison centrale de Labé, c’est l’information qui est sur toutes les lèvres dans la cité de Karamoko Alpha Mo Labé. Il s’agit de Mamadou Aliou Diallo, un condamné à 30 ans de réclusion criminelle pour parricide, et le second, Mamadou Bhoye Bah, un vieil homme  prévenu dans une affaire de vol de bétail.

Pendant que les commentaires sur ces deux cas de mort fusent de partout dans la cité, certains citoyens vont jusqu’à dire qu’il s’agirait d’une épidémie dans la maison carcérale. Le Procureur par intérim du TPI de Labé, Patrice Koma Koivogui dans une sortie médiatique a tenu à rassurer l’opinion qu’il s’agissait de morts naturelles et que toutefois, il n’avait pas encore reçu les dossiers médicaux des deux personnes en question.  

Les autorités médicales réfutent la version qui parle d’une épidémie à la maison centrale. Pour le directeur régional de la santé, il n’y a aucun cas de COVID19 à date à la maison centrale de Labé : « Tous les cas positifs au COVID19 à la Maison centrale de Labé ont été référés à la maison d’arrêt de Conakry où ils sont suivis. Actuellement, lorsque quelqu’un doit être déféré à la maison centrale, la personne fait le test de dépistage au COVID19 d’abord, si elle est positive, elle ne rentre pas, tout ça c’est pour éviter qu’une personne positive n’y entre pour contaminer les autres. Et il n’y a aucune autre maladie à l’intérieur de la maison centrale. »

Selon nos informations, l’un des détenus décédés à savoir Mamadou Aliou Diallo,  souffrirait d’une maladie chronique associée à une malnutrition aigue.

Le Procureur que nous avons joint au téléphone dit avoir remonté le rapport à sa hiérarchie et promet de donner plus de détails dans cette affaire, les prochains jours.

Sam Samoura pour Guinee7.com