Au nom de la Coalition des femmes et filles de Guinée pour le dialogue, la consolidation de la paix et le développement ; du Réseau des femmes ministres et parlementaires de Guinée, Mme Makalé Traoré a rencontré à Conakry, ce jeudi, le premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana, dans le cadre des consultations amorcées autour de la question de constitution, notamment.

Elle a tout d’abord rappelé avoir dit « au premier ministre que le débat sur la constitution et les élections législatives devient une véritable source de conflit en Guinée».

Et estime qu’«il est indéniable qu’une constitution n’est pas figée, elle peut être adaptée, voire changée. Aussi, il est plus que normal d’organiser des élections dans un pays. Mais l’on doit aussi se poser des questions, sur les conditions d’organisation d’une élection, sur la nécessité et l’opportunité de l’adaptation ou du changement d’une constitution en toutes circonstances. Nous avons ajouté qu’il s’agisse de la constitution ou des élections législatives, ou toutes autres questions de préoccupation nationale, nous demandons respectueusement à l’ensemble des autorités et à lui particulièrement de tout faire, pour que la paix et la quiétude sociale soient préservées dans notre pays ».

Pour finir, « la paix doit se construire au-delà des mots, car les mots ne font pas la paix, ce sont les actes qui font la paix. Donc nous attendons du gouvernement, de toutes les autorités du pays, du président de la république, des actes de paix pour apaiser notre pays, pour qu’aucune goutte de sang d’un Guinéen ne soit plus versée».

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

Publicités

Laisser un commentaire