La subvention allouée au chef de file de l’opposition continue d’alimenter les débats dans la Cité. Si certains sont choqués de savoir que Cellou Dalein Diallo devrait toucher la somme de 5 milliards par an, d’autres par contre trouvent que cela est tout à fait normal. C’est le cas du président du FND.

Alhousseini Makanera Kaké a une toute autre lecture de la subvention accordée au chef de file de l’opposition, différente  de celle de Lansana Kouyaté et d’autres acteurs politiques, qui commencent à s’agiter contre la mesure découlant pourtant d’une loi adoptée à l’unanimité au parlement. Si les détracteurs du président de l’UFDG accusent Cellou Dalein de tremper dans l’affairisme qui gangrène la gouvernance actuelle, l’ancien ministre de la Communication quant à lui vient battre en brèche  ces accusations, pour inviter l’opinion à focaliser son attention sur des questions plus importantes.

« Il y a beaucoup de sujets plus importants qu’on devrait débattre que des questions qui n’en valent pas la peine, telle que l’affaire de budget du chef de file de l’opposition. Si on avait discuté du montant du budget ça je peux comprendre», a-t-il indiqué. Selon Alhousseini Makanera « dès qu’une institution est créée, il doit y avoir un budget», a-t-il souligné. Avant de rappeler que  « même vous de la presse quand j’étais ministre, j’ai regroupé tout le monde pour discuter par rapport aux problèmes. La première question qui a été posée, c’est d’abord la subvention. Certains ont demandé plus de 20 milliards, j’ai même dit ce montant, c’est petit pour vous. Maintenant pour un chef de file de l’opposition dont le rôle est de soutenir la presse, soutenir tous ceux qui se battent pour l’instauration de la bonne gouvernance dans notre pays, on trouve que 5 milliards c’est énorme. Alors que ça ne représente même pas le quart de ce qu’un petit directeur vol par an», fulmine Alhousseini Makanera.

En outre, le président du FND estime que ce débat n’a aucune importance.

« On se détourne de l’essentiel pour s’occuper de ce qui n’a aucune importance, selon lui. Moi je pense que la presse devrait être choquée en voyant un directeur qui n’a même pas 5 millions de francs guinéens comme  salaire mensuel, qui va à la télévision nationale pour dire j’ai donné plus de 300 millions à des directions ici. Un agent de l’Etat qui donne à l’Etat ça devait créer plus de scandale», rappelle l’ancien ministre de la Communication.

Il faut signaler que du côté de l’UFDG le parti estime que c’est un non évènement, et que d’ailleurs l’Etat doit 2 ans d’arriérés au chef de file de l’opposition, a confié un cadre du parti, très sérein.

Avec le Démocrate 

Publicités