Fièrement debout à la tribune de l’assemblée générale du RPG Arc-en-ciel,  samedi dernier, Alsény Makanéra Kaké, au nom de la Coalition démocratique pour la nouvelle constitution (CODENOC), a dit son mot, en ce qui concerne la liberté provisoire accordée aux leaders du FNDC, il y a de cela quelques jours.

Il a fait savoir que : « Il y en a qui disent, nous avons eu la victoire, parce qu’ils ont relâché les prisonniers. Mais ce que je vais leur dire, la justice c’est deux choses. La justice c’est pour éduquer les gens. Ceux qui ont fait un temps là-bas, je suis sûr qu’ils sont désormais éduqués et ne diront pas certaines paroles. Deuxièmement, même si on te relâche, on n’a pas dit que tu n’as pas fait quelque chose. Mais le magistrat est indépendant, il juge en fonction de son intime conviction. S’il doute un peu, il peut te relâcher. Parce que le principe voudrait que tu relâches des milliers de personnes qui ont commis des délits, que de condamner un innocent. Donc ne pensez pas que c’est une victoire pour eux, moi je pense qu’un mois et demi doit éduquer un homme. Celui qui ne sera pas éduqué après cela, sinon s’ils rentrent là-bas à nouveau, c’est eux qui savent à quel moment ils sortiront (sic) ».

Le même samedi, au cours de l’assemblée générale de l’Union des Forces Républicaines (UFR), Alpha Soumah alias Bill de Sam, l’un des membres du FNDC ayant bénéficié, jeudi dernier, d’une liberté provisoire, a fait savoir qu’en les emprisonnant, le pourvoir en place a « essayé de freiner l’élan patriotique des Guinéens, ils ont essayé de faire croire qu’ils peuvent faire pire que ce qui s’est passé quand il y avait le PDG-RDA, mais ils ont échoué. Ils ont échoué dans la mesure où ils nous ont permis de découvrir l’hôtel 5 étoiles à Kaloum. Ils ont échoué dans la mesure où toute la Guinée sait désormais que c’est un coup d’État constitutionnel qui consistait à décapiter le mouvement de tous les partis politiques, les syndicats, de tous les jeunes et les femmes, le FNDC. Ils ont essayé, mais ils n’ont pas réussi, c’est nous qui avons aujourd’hui la victoire ».

Abdou Lory Sylla et Mohamed Soumah pour Guinee7.com

Publicités