En dépit des appels répétés au dialogue, l’opposition guinéenne a de nouveau fait recours à des manifestations non déclarées et interdites par le Gouverneur de la Ville de Conakry. Outre les dégâts causés par endroits, ces manifestations illégales ont provoqué la fermeture de près de cent dix-sept (117) écoles dans la seule commune de Ratoma.

Ainsi, de source policière et hospitalière, le bilan s’évalue ainsi que suit :

ZONE SPECIALE DE CONAKRY SITUATION 7 Mai A 18H
Dixinn RAS – Excepté un homme qui aurait été vu en possession d’une arme blanche  et extirpé des mains de la foule qui tentait de le lyncher aux environs de 13H selon la Gendarmerie.
Kaloum RAS
Matam 14H23: A la Cimenterie, des manifestants et des contre manifestants s’affrontent.

16H20: La circulation a repris de Dixinn jusqu’à Hamdallaye et Lambanyi. Sur la route Le Prince le calme également.

Matoto RAS
Ratoma 12H38: Au quartier Koloma, des accrochages ont été signalés entre agents des forces de l’ordre et des jeunes manifestants.

13H: Sur l’axe T7  et la  T8 des jeunes manifestants s’en prennent aux forces de l’ordre par des jets de pierres.

A Sonfonia, 1 et 2 au niveau des rails jusqu’à la T8 les manifestants ont érigés un barrage. La police et la gendarmerie tentent de rétablir l’ordre à certains endroits.

14H20: A Bambéto, la situation est revenue à la normale. Les usagers empruntent à nouveau l’axe Hamdallaye-Bambéto sans incident.

16H30: Les forces de sécurité procèdent à des ratissages pour disperser tous les petits regroupements et empêcher d’autres de se former.

 

  BLESSES DECES ARRESTATIONS (effectuées par)
POLICE 0 0 0
GENDARMERIE 2 0 19
CIVILS 4 0
TOTAL 6 0 19

R.A.S (Rien A Signaler)

Le Gouvernement réitère sa disponibilité pour un dialogue constructif et sincère pour une sortie de crise rapide.

Le Porte-parole du Gouvernement