Le Front national pour la défense de la constitution (FNDC) appelle ses sympathisants à une marche le 8 juillet prochain sur l’autoroute Fidèle Castro. Suite à cet appel, la rédaction de Guinee7 a recueilli les avis de quelques députés de la 9ème législature, ce mardi 16 juin 2020.

Pour l’honorable Mohamed Lamine Kaba, président du parti FIDEL : « le front n’effraie personne aujourd’hui… parce que le front n’existe plus. Le front qui s’est battu si vous voulez qui avait un calendrier subversif n’a pas pu réaliser ses rêves. Donc, aujourd’hui il est clair que son exhumation n’effraie personne ».  

L’honorable Mohamed Lamine Kaba, ancien membre fondateur du FNDC entend défendre vigoureusement les institutions de la République (contestées par le FNDC).   

ML KABA. PDT DU PARTI FIDEL

« (…) Eux qui sont en train d’exercer du chantage sur nous, sur toute la population en demandant par exemple la dissolution de l’Assemblée, en demandant le retrait de la constitution ; je crois que nous les guinéens qui avons opté pour une nouvelle constitution, pour la mise en place d’une nouvelle Assemblée notre devoir c’est de protéger ces institutions et cette constitution. S’ils ont des moins légaux pour appeler à des manifestations nous avons aussi les moins légaux pour protester de notre façon contre cette pratique antirépublicaine », a-t-il déclaré.

ALY KABA. RPG ARC EN CIEL

Pour sa part, l’honorable Aly Kaba, président du groupe parlementaire RPG arc-en-ciel, estime que le combat du FNDC n’a plus lieu d’être. « Je crois que cette manifestation annoncée est perçue comme une menace de déstabilisation. Je pense que ce n’est pas le moment. Vous comprendrez que l’Etat d’urgence sanitaire dans lequel on se trouve ce n’est pas du tout opportun d’envisager une quelle conque manifestation. Quand bien même que le FNDC dont vous parlez n’a plus sa raison d’exister. L’objectif recherché c’était à tout prix d’empêcher l’adoption d’une nouvelle constitution. Donc, dès qu’on a une nouvelle constitution, je pense que le combat n’a plus raison d’être », a laissé entendre le chef de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale.  

HON DEMBO SYLLA, UDG

De son côté, le président du groupe parlementaire Alliance patriotique, l’honorable Dembo Sylla, plaide pour le respect des mesures sanitaires édictées par les autorités. « C’est la propagation de la pandémie qui nous inquiète. Vous savez bien quand on a eu Ebola ici, le virus est parti de nos préfectures pour la capitale. La pandémie du coronavirus a commencé par la capitale ensuite le grand Conakry. Aujourd’hui toutes les prières qu’on doit faire, c’est que ça ne dépasse pas Conakry et que nos populations dans les préfectures soient préservées. C’est pourquoi puisque tous les experts disent qu’il faut éviter le rapprochement, moi je souhaiterais que les guinéens respectent ça pour que la population soit épargnée. », A conseillé l’honorable Dembo Sylla du parti UDG.

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199