Depuis l’annonce du chronogramme électoral par la CENI, Cellou Dalein Diallo et Sydia Touré, affirment sur tous les médias que la programmation des élections présidentielle par la CENI « et le gouvernement » constitue une violation des accords du 3 juillet 2013.

La communication des états-majors des deux partis n’arrête par dénoncer l’incapacité du gouvernement à respecter « ses engagements ».

L’UFDG a affiché sur son site les fameux accords en commentant que :

« Conformément aux accords du 03 juillet dont nous vous livrons ici copie, le Gouvernement Guinéen s’était engagé à organiser les élections communales et communautaires avant la fin du premier trimestre 2014. Ce document porte à la fois les signatures de ministres de la République, de représentants du RPG Arc-en-ciel, des Co-facilitateurs que sont Salifou Sylla, Aboubacar Somparé et Saïd Djinnit.…….. la preuve est faite que la parole d’Alpha Condé et de son Gouvernement ne valent rien »

La veille, sur Espace Fm, Sydia Touré affirmait s’agissant de la décision de la CENI que, « Ce n’est pas ça qui était prévu par les accords du 3 juillet….., c’est très clair !» 

Attention danger ! Ce qui est en train de se passer ainsi est gravissime !

Les accords signés le 3 juillet 2013 ne font en aucun cas état des élections communales. Il est d’ailleurs intitulé « Accord sur la préparation et l’organisation des élections législatives de 2013 ». Dans ses cinq pages et ses vingt points le mot « communales » ou « municipales » n’est jamais mentionné.

Cellou Dalein Diallo et Sydia Touré mentent donc sans vergogne lorsqu’ils disent que ces accords parlent des élections communales et ils entretiennent sciemment et grossièrement une confusion d’une incohérence affligeante entre ce document du 3 juillet et celui du 8 juillet.

Il y a quelque chose de pathétique mais aussi et surtout d’inquiétant de voir des « responsables » politiques, aspirant à diriger un pays dire, droit dans les yeux des citoyens que l’engagement du gouvernement est, finalement, contenu dans une « annexe » aux accords du 3 juillet. Une annexe.

En substance voilà l’argumentaire de Sydia Touré et Cellou Dalein Diallo :

En juillet 2013, des personnalités de haut rang, guinéennes et internationales, se sont réunies pendant plusieurs jours pour s’entendre sur un sujet précis et ont, solennellement et publiquement, matérialisé cette entente par des signatures, sur un document officiel dont chacun a une copie. Cinq jours plus tard, trois de ces personnalités sont allé signer, en catimini, une « annexe » sur un sujet qui n’a rien à voir avec celui qui avait été débattu.

On savait que Sydia Touré se moquait royalement de l’intelligence des guinéens, voilà que Cellou s’y met aussi.

Ce qui est grave, scandaleux et qui risque d’exposer à la face de cette opposition, c’est que plus on analyse cette annexe, plus se confirme la thèse d’une audacieuse supercherie appuyée par un faux document ou une fausse signature d’un haut fonctionnaire des nations-unies.

Car cette opposition va encore plus loin dans le mensonge et la manipulation de l’opinion lorsqu’elle dit que « ….Ce document porte à la fois les signatures de ministres de la République, de représentants du RPG Arc-en-ciel, des Co-facilitateurs que sont Salifou Sylla, Aboubacar Somparé et Saïd Djinnit… » 

Aucun ministre n’a signé le document du 8 juillet. Aucun des témoins signataires des accords du 3 juillet non plus (les ambassadeurs de France, des Etats-Unis, les représentants de l’Union européenne, du système des Nations-unies, de la CEDEAO et de l’OIF). Aucun membre de la mouvance présidentielle et…aucun membre de l’opposition non plus. Enfin, la CENI non plus n’a pas signé cette annexe.

Qui a signé pour Saïd Djinnit et pourquoi ? ce dernier pouvait-il faire peser sur la CENI un calendrier électoral sans que celui-ci n’ait été formellement validé par tous les signataires du 3 juillet ? Sans que le gouvernement guinéen n’ait donné l’assurance d’avoir les ressources financières nécessaires pour respecter cette échéance ?

En attendant la réponse à ces questions, la seule certitude est que cette annexe (si elle est authentique) n’a aucune valeur juridique ou morale pour la CENI et le gouvernement guinéen.

Elle a cependant le mérite de démontrer au mieux la légèreté de Sydia Touré et Cellou Dalein Diallo, au pire leur malhonnêteté. Cette cabale vient confirmer, si besoin était, tous les soupçons qui pèsent sur ces deux personnages.

Oui. Ceux qui sont capables d’un tel montage sont capables de programmer l’assassinat d’un Président de la république. Ils sont capables de s’allier avec des intérêts économiques étrangers pour déstabiliser leur propre pays. Ils sont capables de tout, y compris jeter des enfants drogués dans la rue pour défendre un chiffon en papier falsifié.

Mais est-ce vraiment une surprise ? Baidy Aribot l’a dit « Nous ne reculerons devant rien »!  

Ansoumane Koly

 

Publicités