Le ministre Yombouno, deuxième à partir de la gauche

Ce mercredi 9 avril, le ministre du Commerce, M. Marc Youmbouno, accompagné, entre autres du  directeur adjoint de la SGP, M. kalil Magassouba, de M. Nana Kourouma, représentant le secteur privé du pétrole, a reçu la presse. Avec pour thème : ‘‘Eclaircissement autour de l’adjudication du marché du pétrole en 2014.’’

Le ministre Marc Youmbouno a tenu à préciser d’entrée de jeu que depuis que le dossier d’adjudication a été ouvert, ce sont des procédures et des principes qui suivent qui sont suivis. Et d’ajouter : ‘‘Si on n’a pas d’informations sûres, on risque de donner des informations erronées. Sur ces appels d’adjudication, il faut venir prendre des informations avec les techniciens. Depuis le mois de mars, les membres du comité composé de cadres de mon département, de la Société guinéenne de pétrole, du secteur privé du pétrole y travaillent avec beaucoup de sérieux pour qu’il y ait la transparence.’’
Et de préciser : ‘‘L’Etat avait exigé  20 dollars US par tonne. Aucun fournisseur n’a atteint ce montant. Nous avons eu des offres de 50 dollars au lieu de 20 dollars US comme l’Etat le souhait. L’Etat a jugé cela infructueux. Il a jugé nécessaire de relancer l’appel pour une question de transparence. Je le répète, c’est un processus. Et il faut aller dans le sens du processus. Tantôt on entendait dans la presse, c’est Addax, tantôt c’est Vittol qui avait gagné, alors que c’était faut. Ce n’est qu’hier (le 8 avril, NDLR) que le résultat est tombé. Et c’est Sahara  avec 39.0 dollars US qui a gagné, car elle a proposé l’offre la moins disante. Addax est resté sur sa position avec 49.0’’

Mme Keita, secrétaire Général du Ministère du Commerce, présidente du Comité d’importation des produits pétroliers,  a indiqué que ce dossier a été géré dans la transparence et que dans ce genre de situation il y a toujours des mécontents qui essayent de semer la zizanie. ‘‘C’est dans leur droit de protester, mais il faut être honnête. Je peux vous rassurer que tout s’est passé dans les règles de l’art’’, a-t-elle précisé.

M. Nana Kourouma, du secteur privé du Pétrole a révélé qu’autour de cet appel d’offre il y a eu beaucoup de problèmes : ‘‘C’est normal qu’il y ait des incompréhensions. Mais qu’on ait la force de s’assoir et de discuter. L’Etat a pris  à bras le corps le dossier. Mais je tiens à préciser que c’est le comité d’Importation qui a le dernier mot. Dans ce dossier, on a fait venir les 3 plus offrants. On leur a demandé de revoir leur position à la baisse. Il y a eu des négociations et c’est Sahara qui a été retenue. Dans la transparence et même Vittol qui était en concurrence  a salué la transparence. Addax a refusé de revoir sa position et  ce qui est grave c’est que Addax a fait du faux ».

El. Mohamed Koula Diallo