Pour statuer sur les exceptions et nullités soulevées par les avocats de la défense des accusés du massacre du 28 septembre, le juge du tribunal ad hoc a renvoyé l’affaire au 10 octobre 2022.

Les avocats de la défense ont soulevé entre autres, l’irrecevabilité de la constitution comme partie civile de l’AVIPA, l’OGDH et la FIDH.

Qui selon Me Salifou Beavogui, n’ont « ni la qualité ni le droit ni l’intérêt de figurer dans cette procédure ».

En ce qui concerne ces exceptions, Me Thierno Amadou Oury Diallo, avocat de la partie civile, a estimé que : « la défense a voulu tout simplement retarder le cours normal du procès. Nous pensons que le tribunal, le 10 octobre prochain, va tout simplement rejeter toutes ces exceptions. »

Enfin, Me Emmanuel Bamba de la défense a déclaré qu’il « est tout à fait normal que le tribunal renvoie cette affaire, pour aller examiner toutes les demandes au cas par cas pour ne pas prendre une décision de façon hâtive ».

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com