Réputée comme un endroit de consommation de « drogue », une décharge sauvage située au quartier Matoto-centre a été assainie ce samedi par le maire de la commune de Matoto, Mamadouba Toss Camara et des agents de l’ANASP, à l’occasion des journées mensuelles de l’assainissement instaurées par le gouvernement.

À en croire, Mory Fodé Bangoura, le chef de quartier de Matoto-centre, cet endroit est depuis environ 20 ans devenu une décharge par le fait que son propriétaire l’ai abandonné.

Face aux populations, le maire a tenu à sensibiliser sur la consommation de la drogue. « Nous sommes à Matoto-centre aujourd’hui. Un dépôt sauvage qui est transformé aujourd’hui en un lieu de bandit, en un lieu de consommation de la drogue. Donc il faut dégager ce tas d’immondices et prendre toutes les dispositions sécuritaires pour ne pas que les citoyens soient victimes du comportement de ces malfrats qui viennent y prendre de la drogue. »

Ensuite, il a étalé les mesures prises à l’encontre des potentiels consommateurs de stupéfiants qui fréquentent les lieux. « Les gens qui viennent ici, fument de la drogue et font de mauvaises choses, si nous les prenons, nous les enverrons à la maison centrale. Informez tout le monde de cela. A partir d’aujourd’hui, on va commencer les patrouilles ici. »

Mamadouba Toss n’a pas manqué d’inciter les citoyens à s’inscrire auprès des PME chargées de la collecte des ordures au risque de se faire sanctionner. « Là où je vous parle, les 38 quartiers de Matoto sont dotés maintenant de PME. Actuellement, elles sont en offensive dans les différents quartiers pour que les citoyens s’abonnent. Nous avons pris toutes les dispositions. Là où nous allons constater des ordures, nous allons mener des enquêtes, ceux qui sont abonnés et ceux qui ne le sont pas. Ceux qui ne le sont pas, automatiquement, nous les rendront responsables de ces dépôts sauvages. Parce que la logique voudrait que tous les citoyens s’abonnent aux PME. L’assainissement, vous le savez comme moi, c’est un problème de tout le monde. »

Questionné sur l’efficacité de ces journées mensuelles d’assainissement, le maire a répondu en ces termes : « le ministre n’a pas dit que les journées là seulement vont rendre Conakry propre. Mais c’est une façon de montrer que si on veut, on pourra ».

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com