La formation initiée à l’endroit des journalistes guinéens par l’Institut français a pris fin ce samedi 11 janvier au Centre culturel franco guinée de Conakry. La formation de cinq jours a porté sur le ‘‘traitement journalistique d’une période électorale’’. A travers des échanges d’expériences ; des exercices pratiques et des modules portants entre autres sur la différence entre l’information politique et la communication politique ; l’interview politique ; la vingtaine de journalistes a été outillée sur le comportement adéquat du journaliste en période électorale. Après la formation, Jean Baptiste Predali s’est prêté à une interview, dans laquelle il a donné quelques astuces dispensée tout au long de la formation.

Quels sont les défis qui se posent aux journalistes politiques face aux communicants ?

Le défi, il est simple, c’est qu’il s’agit de maintenir le droit à l’accès à l’information. Et qui permet ce droit à l’accès à l’information ? Et bien ce sont les journalistes. Donc le défi, c’est face à une communication qui est de plus en plus présente dans la vie en général et dans la vie politique en particulier, de maintenir ce qui est à la fois une valeur et puis une nécessité, un devoir presque civique, c’est-à-dire le droit à l’information.

Comment les journalistes peuvent-ils inverser cette tendance ?

En étant encore plus journaliste !  C’est-à-dire en essayant de faire leur métier avec les exercices de base de ce métier, les fondamentaux, les principes déontologiques et autres qui régissent la profession de journaliste. En étant sérieux et en étant professionnel.

En matière de processus électoral, rappelez-nous comment se comporter avant, pendant et après…

La première exigence évidemment, c’est une exigence de neutralité, d’objectivité. C’est-à-dire qu’on traite l’ensemble du processus ; l’ensemble des participants, des acteurs à ce processus de manière équilibrée. Et puis dans le détail, il s’agit aussi de rendre compte des évènements d’une campagne électorale par exemple, des évènements précis, des partis, des candidats, des circonscriptions, etc. et le troisième point qui est aussi important, c’est rendre compte des attentes des électeurs. Qu’est-ce que les électeurs attendent d’une élection à venir ? tout cela pour mettre en forme et porter à la connaissance de tous, tous ces éléments, il y a le journaliste.

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com