Le 11 décembre 2017, plusieurs radios privées ont vu leurs diffusions interrompues par l’Autorité de régulation des postes et télécommunications (ARPT). Les raisons : non payement des redevances vis-à-vis de l’Etat et non renouvellement des licences. Plus de deux mois après, certaines radios restent encore fermées. C’est le cas de la radio Djigui Fm, en banlieue de Conakry.

Les radios Sabary Fm, Gangan Fm… émettent depuis plusieurs semaines à Conakry. Ce n’est pas le cas pour la radio Djigui Fm, fermée au même moment que les radios précitées. La direction du médium ne parvient toujours pas à s’acquitter de ses redevances vis-à-vis de l’Etat, qui s’élèvent à 20 millions GNF par an. Il faut signaler que dans un contexte tendu entre le pouvoir de Conakry et les médias privés à l’époque (décembre 2017), l’Etat a même exigé le renouvellement des licences.

Les redevances restent impayées, au moment où un fait important retient l’attention de plus d’un observateur. C’est un secret de polichinelle, le commun des mortels connait le patron de Djigui Fm. Mamady Diawara, c’est de lui qu’il s’agit, voit ses priorités ailleurs. Le président du parti du travail et de la solidarité (PTS) s’est plutôt investi dans la campagne pour les élections communales, dans la localité qui lui a été toujours fidèle, Siguiri. Mais les résultats ont été catastrophiques : un conseiller obtenu dans la commune urbaine, trois à Doko et  seulement deux à Kintinya.

Les journalistes et technicien de Djigui Fm doivent encore attendre ; le temps de digérer une défaite cuisante, face aux forces de frappe du RPG AEC et des listes indépendantes.

Alpha Mady pour Guinee7.com