Conakry, le 05 Février 2016. La  menace de grève du mouvement syndical  pourrait ne pas être mise en exécution.  Vendredi jour de prière et de bénédiction, la  confédération patronale des entreprises de Guinée (CPEG) a travaillé d’arrache-pied pour rapprocher les positions. Une rencontre de médiation a eu lieu au siège du Groupe Guicopres S.A.  La commission de réflexion était composée des religieux et sages, du Conseil économique et social, du syndicat et de la société civile notamment de Hadja Gnouma Traoré  de la CPEG, Hadja Rabiatou Sérah Diallo, présidente du conseil économique, El  hadj Mamadou Saliou CAMARA, mon seigneur Vincent Koulibaly,  et Kerfala Camara, PDG du groupe Guicopres.

Il a été question de parler de comment sortir de la crise programmée par le syndicat. C’est pourquoi d’ailleurs, le Conseil économique et social a décidé de prendre part à cette rencontre pour contacter les uns et les autres, les écouter et enfin, pour trouver un terrain d’entente. Il faut que le pouvoir ait une oreille attentive au cri du peuple. Même si les négociations n’ont pas encore abouti mais force est de retenir que tout le monde autour de la table a privilégié la Guinée, c’est un grand espoir. La médiation devrait se poursuivre.

L’initiative est de la CPEG, en l’occurrence son vice-président Kerfalla Camara (KPC) qui a réuni tout le monde pour trouver des voies et moyens adéquats pour  la résolution de la divergence autour de la baisse du prix du carburant à la pompe. Pour ce faire,  Kerfalla Camara a eu le quitus du chef de l’Etat.

L’engagement du secteur privé dans la quête de cette résolution  peut se traduire par la volonté  de participer à la préservation de la paix et de la quiétude propice aux affaires.

Direction de la Communication du Groupe Guicopres