Dans son dernier discours à la nation, le président guinéen, Alpha Condé, a adressé ‘‘un message de confiance et d’espoir’’ à la jeunesse guinéenne : ‘‘jeunes de Guinée, quelles que soient les difficultés, votre avenir est ici en Guinée.’’

Alpha Condé en s’exprimant ainsi, fait forcément allusion à la migration notamment clandestine dont sont devenus maitres, les jeunes guinéens.  

Récemment, le journal Le Monde, révélait qu’en ‘‘en 2015, ils n’étaient même pas dans le top dix des nationalités arrivant en Europe par la route migratoire. Aujourd’hui, les ressortissants de Guinée sont parmi les premiers contingents à entrer sur le continent par la Méditerranée occidentale et centrale’’.

‘‘En 2018, ajoutait le journal, les citoyens de cet Etat d’Afrique de l’Ouest, ancienne colonie française, se sont même hissés au deuxième rang de la demande d’asile en France, derrière l’Afghanistan, avec 8 433 demandes de protection. Les Guinéens représentent aussi la première nationalité parmi les mineurs non accompagnés, soit près du tiers d’entre eux, avec 5 227 mesures de protection en 2018’’.

Selon le journal, ‘‘le ministère de l’intérieur (français) considère qu’il s’agit là d’une migration essentiellement économique alors que les deux tiers des 12,5 millions de Guinéens vivent dans la pauvreté. La pandémie d’Ebola, qui a sévi entre 2013 et 2016, a affaibli considérablement l’économie du pays. Les jeunes de moins de 25 ans, qui représentent plus de 60 % de la population, sont particulièrement touchés par le chômage’’.

Comme ne réponse à cette réalité, le président guinéen dans son discours du 4 septembre dernier, indique qu’‘‘en tant que gouvernant, notre préoccupation est la jeunesse et notre devoir est de lui garantir son avenir’’. Wait and see.

Ibrahima S. Traoré pour guinee7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici