Suite à une candidature qu’elle a déposée auprès de l’Union Africaine (UA) avec plusieurs autres pays du continent, la République de Guinée a été retenue pour abriter le Centre Africain pour le Développement Minier (CADM). Enfin, une chance pour le pays d’Alpha Condé d’héberger pour la première fois dans son histoire une agence de l’UA sur son territoire, quoiqu’il soit l’un des membres fondateurs de cette institution.

À cet effet, une délégation technique de l’Union Africaine séjournant dans le pays depuis plus de 24 heures, a rencontré, ce lundi, les ministres Mamady Touré des Affaires étrangères et Abdoulaye Magassouba des Mines et de la Géologie, pour discuter des modalités de construction de ce centre tant attendu.

En attendant la construction du siège du CADM, dans les deux prochaines années, à Koubia (Dubréka), où une dizaine d’hectares ont été mis à disposition, deux villas, sises dans la commune de Kaloum, ont déjà été octroyées à cette institution par la présidence de la République à titre provisoire, afin d’y installer ses locaux.

Selon le ministre des Affaires étrangères et des Guinéens de l’étranger, Mamady Touré, le processus pour avoir le siège du CADM sur le sol guinéen a été long, « mais mieux vaut tard que jamais, la Guinée a réussi », dit-il. Avant de faire savoir que « nous allons créer toutes les conditions possibles, pour que ce centre soit opérationnel dans les meilleurs délais et que le centre soit utile à l’Afrique, parce que c’est ce centre qui va maintenant aider à déterminer la politique minière de tout le continent. Et la Guinée est prête à jouer sa partition, non seulement en abritant le siège, mais aussi en contribuant substantiellement sur la nouvelle politique minière du continent ».

De son côté, le premier responsable du département guinéen en charge des Mines, Abdoulaye Magassouba, a plutôt fait le point sur l’État d’avancement des préparatifs pour la mise en place du siège du Centre Africain pour le Développement Minier. « Les préparatifs vont bon train, parce que le siège provisoire est en cours de rénovation et le projet d’accord de siège aussi est en discussion entre les parties ; les demandes de ratification ont été envoyées à tous les chefs d’État à travers une lettre qui leur a été adressée par le président de la République ; et nous travaillons en permanence avec la commission pour pouvoir réunir toutes les conditions de l’hébergement de ce siège », a-t-il indiqué.

Après avoir rappelé que la Guinée a été choisie parmi cinq pays pour la domiciliation du CADM, sur la base du fait que le pays est un modèle en matière de développement minier, le chef de cette mission de l’Union Africaine, Hussein Hassan, a souligné que « le Centre Africain pour le Développement Minier est l’une des agences de l’Union Africaine, dont l’implantation va permettre de renforcer les capacités du pays dans le secteur minier et élaborer des politiques minières pour non seulement la Guinée, mais aussi l’ensemble du continent africain ».

« C’est un centre qui va permettre également, poursuit-il, de maximiser les retombées du secteur économique, d’assurer la durabilité du secteur et le partage équitable des revenus… Il prendra en compte tous les éléments nécessaires pour une Afrique plus prospère grâce au secteur minier ».

Mohamed Soumah pour Guinee7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici