Selon le journal Les Echos, la rupture tragique d’un barrage minier au Brésil, en janvier, a changé la donne dans le secteur mondial du fer. Selon le journal qui cite Mysteel Global, Vendredi, le prix au comptant du minerai de fer a dépassé 100 dollars la tonne pour la première fois depuis 2014. A Singapour, l’un des principaux contrats à terme sur le fer a bondi de près de 40 % en quatre mois. Et certains analystes pensent que la hausse des cours de cet ingrédient qui sert à fabriquer l’acier peut se poursuivre au cours des prochains mois. Car les problèmes d’approvisionnement menacent chez les deux premiers pays producteurs, le Brésil et l’Australie.

Et le journal de poursuivre : Au premier trimestre, la production mondiale a chuté à des niveaux inégalés depuis cinq ans, rapporte Citigroup. Le barrage qui s’est effondré appartient au premier producteur du globe, Vale, qui a dû stopper une partie de ses activités. Le géant brésilien est sous haute surveillance , et loin d’être au bout de ses peines. A la veille du week-end, il a fait savoir qu’il avait détecté un « mouvement » sur un des versants de sa mine à ciel ouvert de Gongo Soco, qu’il en avait informé les autorités, même si, « pour l’heure, aucun élément technique ne semble indiquer un éventuel glissement » susceptible d’entraîner une cassure du bassin de résidus. Plusieurs observateurs estiment que la production brésilienne de minerai pourrait baisser de 10 % cette année.

L’Australie aussi

Du côté de l’Australie, rapporte Les Echos, en fin mars une tempête tropicale a fortement ralenti l’activité minière à l’ouest de l’île-continent, au point que les trois principaux producteurs du pays, BHP, Rio Tinto et Fortescue, ont dû revoir en baisse leur prévision de production pour l’ensemble de l’année.

Ce qui, ajoute le journal, n’arrange pas les affaires de la Chine , son premier acheteur, car le pays produit actuellement des quantités record d’acier. Ses besoins de fer sont donc énormes. Conséquence, dans les ports chinois, les stocks se vident : ils sont au plus bas depuis 2017. Plusieurs analystes estiment qu’il pourrait être difficile pour les sidérurgistes – dont les achats ont pourtant été restreints – d’avoir du fer à disposition dans les ports, dès le prochain trimestre.

envolée boursière

Une situation qui provoque une envolée boursière, selon le journal qui cite Goldman Sachs: il ne fait aucun doute que cette brusque chute des réserves portuaires chinoises signifie que le marché mondial du minerai de fer est très tendu. Une situation inédite depuis des années. La plupart des banques ont révisé leurs prévisions à la hausse. A la Bourse de Sydney, les mastodontes du secteur en profitent. Leur action ne cesse de monter. Fortescue a touché la semaine dernière son plus haut niveau depuis 2008. Le numéro quatre mondial du fer a même fait la surprise à ses actionnaires de leur verser un dividende exceptionnel après l’ascension de son titre. Rio Tinto s’échange également proche de son pic de 2008 et BHP est au sommet depuis 2011.

Le malheur des uns, le bonheur de la Guinée?

La Guinée pourrait bien profiter des situations catastrophiques du Brésil et de l’Australie. Ne di-t-on pas que le malheur des uns fait le bonheur des autres? La Guinée avec les plus grandes réserves de minerai de fer inexploitées à l’échelle mondiale, et des plus riches (Simandou, 65%) a du mal à les mettre en valeur.

Les blocs 3 et 4 du gisement de Simandou, ont longtemps été gelés par Rio Tinto. Et les blocs 1 et 2 situés au nord de ceux-là étaient l’objet d’un litige entre la Guinée et BSGR du milliardaire juif, Beny Steinmetz.

Avec la nouvelle donne, la Guinée peut espérer voir Rio Tinto revenir à de meilleurs sentiments ou trouver de nouveaux partenaires. Les relations avec Beny Steinmetz, désormais apaisées avec la médiation de l’ancien président français, Nicolas Sarkozy, les difficultés pour mettre sur le marché désormais propice, les blocs 1 et 2, se sont dissipées.

Ibrahima S. Traoré pour guinee7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici