Dans le cadre des journées portes ouvertes à la presse qu’elle organise du 18 au 23 décembre, la Compagnie des bauxites de Guinée (CBG) a fait visiter, ce mardi, ses installations de Kamsar aux journalistes des médias publics et privés, avant de faire le point sur le projet d’extension de sa productivité.

Au cours de cette visite guidée, des cadres de cette société minière ont, étape par étape, expliqué le processus d’acheminement de la bauxite depuis les mines, jusqu’au quai en passant par la station de concassage, les fours de séchage…

« Comme toutes les autres sociétés minières, la CBG reçoit de la bauxite brute venue de la mine, mais nous, nous la concassons. Ce n’est pas toutes les sociétés qui font le concassage. Et quand nous finissons cela, nous la faisons sécher jusqu’à une moyenne de 6,7% à 7% d’humidité, alors qu’elle vient de la mine avec une moyenne de 12,5%, avant de la charger dans les bateaux. C’est un avantage énorme, parce que vous ne vendez pas de l’eau, vous vendez de la bauxite. Les contrats de vente de la bauxite brute le coût est calculé avec une humidité de 3%. Donc, si vous chargez une bauxite à son état naturel, vous transporter environ 10 % d’humidité inutile et ça coûte des frais de transport. Ça devient de l’argent perdu », a fait savoir Tahirou Diallo, conseiller technique du Directeur Général de CBG.

Tout en respectant selon les experts, le code minier guinéen (L’Etat guinéen est d’ailleurs actionnaire à 49% dans cette compagnie), le programme d’extension de productivité de la CBG concerne notamment la construction d’un puits de concassage primaire qui permettra à la société d’obtenir 18, 5 millions de tonnes de bauxite en 65% d’opération.

« C’est un concasseur à cylindre denté qui va recevoir directement la bauxite de Sangarédi, pour concasser de 1.200 mm de grandeur des gros blocs à 300 mm à la sortie du concasseur. Et après ce premier concassage, nous avons un second concasseur qui est installé, donc le produit concassé va emprunter une tranchée et un convoyage pour aller au bâtiment du concasseur secondaire où la bauxite sera concassée de 300 mm à 100 mm, qui est disons la granulométrie consensuelle par rapport à la bauxite qu’on vend à CBG », a expliqué Roger Théa, Directeur de l’équipe client auprès du projet d’extension.

Avant de souligner : « l’importance de ce nouveau système de concassage est premièrement le gain de temps dans l’opération, l’ancien nous prenait 4 minutes pour prendre un wagon chargé, l’élever, le basculer et le ramener au sol, mais ce nouveau nous assure 2 minutes 9 s par wagon. Deuxième on gagne en temps de manœuvre, ça prenait beaucoup de temps pour former les wagons vides alors que cette fois-ci le train vient entier, il est positionné, culbuté et le même train s’en va pour le chargement à la mine ».

En plus d’autres réalisations sont en cours dans le cadre de ce projet d’extension, dont entre autres, la construction d’un nouveau quai d’embarquement, qui est déjà fini et qui sera mis en service en 2019 ; la construction d’un quatrième four de séchage …

Avec une exportation de plus de 500 millions de tonnes de bauxite et plus de 5 milliards de dollars de contribution aux revenus de l’État guinéen, le Directeur Général de la Compagnie des Bauxites de Guinée, Souleymane Traoré estime que : « La CBG est presque la seule industrie qui a résisté à toutes les péripéties de notre nation, depuis l’indépendance. Durant tous les changements de régime, les troubles sociaux politiques ; la CBG a su maintenir son modèle et ses opérations grâce à la qualité de ses ressources humaines ».

Mohamed Soumah depuis Kamsar pour Guinee7.com

 

Publicités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici