La Société des Bauxites de Guinée (SBG) est toujours dans une zone de fortes turbulences, après le conflit qui a éclaté entre ses actionnaires.
Le dernier rebondissement est consécutif à une décision de justice, sommant la SBG d’arrêter tous les travaux de la route minière devant mener au port de Konta.

L’ordonnance judiciaire du Tribunal du commerce de Conakry, prise le 9 avril 2021, est motivée par la requête des quatre avocats de Marine Contracting and Infrastructures (MCI) du groupe émirati Ghantoot (http://www.ghantootgroup.com/).

L’offensive judiciaire menée par le partenaire étranger MCI, exigeant le remboursement d’un montant, compris entre 7 et 17 millions de dollars USD, selon différentes sources, pourrait compromettre la survie du projet, piloté par Monaco Group Resources (MGR) qui n’a pas réussi à concrétiser ses promesses de
financement.

Une source de MCI a dit à WESTAF MINING que les plans initiaux prévoyaient un investissement de 45 millions USD pour l’aménagement de la route minière et 11 millions USD pour le port, situé à Konta, dans la préfecture de Forécariah, à environ 100 km de la capitale, Conakry.

Selon un actionnaire de la SBG, certains promoteurs de la SBG seraient prêts à défendre leur dossier devant le Tribunal du commerce le 20 avril prochain, avec l’objectif d’annuler l’assemblée générale qui s’est tenue en mars.

La manœuvre vise à faire prévaloir les droits d’un des principaux actionnaires guinéens.
La Société des Bauxite de Guinée S.A. (SBG S.A) est une société de droit guinéen, immatriculée au registre du commerce sous le N° 021.666A/2008.

En 2015, son capital était contrôlé par P Pals Holding (78,5%), SOGICO SARL (18,5%), la SOGUIPAMI (3%), mais depuis 2019 elle est en joint-venture avec MCI, du groupe Ghantoot, avec 50% de parts sociales pour les Emiratis, selon MCI.

Le plan initial de la SBG prévoyait 2022 pour les premières exportations, avec une production annuelle de 8 millions de tonnes de bauxite, dont 3 millions de tonnes destinées à l’exportation.

Les 5 millions de tonnes devaient être transformées sur place dans une raffinerie d’alumine, dont la construction est envisagée à terme.

L’ensemble de l’investissement (mine et raffinerie) initial prévu devait avoisiner environ 1,4 milliards USD. Les réserves prouvées de la SBG sont estimées à 300 millions de tonnes de bauxite.

Ces derniers mois, la chute du prix de la bauxite (à environ 37 USD la tonne contre plus de 50 USD en janvier 2020) a plombé les ambitions de cette société qui voulait produire et exporter de l’alumine, et qui est contrainte de trouver un plan pour l’exportation de la bauxite.

Cependant, les experts sont formels. Ils soutiennent que les 200 km séparant la mine et le port ne permettent pas de rentabiliser le projet dans un environnement très concurrentiel.

Westaf Mining