Cellou Dalein DIALLO, Sidya TOURE et Lansana KOUYATE, trois anciens Premiers ministres Guinéens de l’opposition dite radicale mais se faisant appeler « opposition républicaine », se sont donc réunis à Paris pour affirmer l’illégitimité du Professeur Alpha CONDE, premier Président démocratiquement élu de la Guinée et appeler ouvertement à un soulèvement populaire. Cette déclaration de guerre contre la clé de voûte de nos institutions fait suite à un plan longuement mûri de déstabilisation dont les grandes lignes ont été tracées par CellouDalein Diallo dans son fameux discours de Chicago.

Le Club de ces anciens Premiers Ministres qui ont mis ce pays à terre, a perdu patience et espoir face au plébiscite annoncé du peuple envers les immenses réalisations de l’Homme du Changement, pour s’en remettre à un scénario de déstabilisation, seul moyen pour eux de parvenir au pouvoir.

Sinon, comment expliquer que des leaders de partis politiques qui se sont lancés en campagne présidentielle depuis au moins 2 ans, refusent aujourd’hui que le calendrier électoral  proposé par la CENI, la seule instance habilitée, soit exécuté ? Ce refus apparent du calendrier électoral n’est que pure tromperie : L’UFDG et l’UFR s’entredéchirent pour occuper les postes de trésorier et de rapporteur dans les démembrements de la CENI tant à Conakry qu’à l’intérieur du pays, au grand dam des autres partis de l’opposition radicale qui ont cru naïvement à leur mot d’ordre de boycott de la CENI.

En réalité, le plan tel que conçu par les extrémistes de l’UFDG commandés par BAH Oury depuis son exil parisien, était de distraire l’opinion jusqu’à l’expiration du mandat du Chef de l’Etat pour pouvoir déclarer son illégitimité et espérer ainsi ouvrir une nouvelle transition. La publication du calendrier électoral  a précipité la réunion de Paris obligeant les apprentis sorciers à anticiper leur plan quitte à apparaître ridicules devant la communauté nationale et internationale.

Le GRAIN, fidèle à sa tradition de porte flambeau des idéaux démocratiques de la République,  affirme que ce plan de déstabilisation n’a aucune chance de fonctionner  et appelle le peuple de Guinée à la vigilance et au discernement.

En quittant le champ politique pour celui de la rébellion contre les institutions démocratiques, le club des anciens  Premiers Ministres se place hors la loi et sera traité comme tel.

Le GRAIN appelle tous les citoyens à la mobilisation en vue d’une participation massive à l’élection du 11 Octobre 2015 tel que proposé par la CENI.

Cette élection doit être le rendez-vous des bilans.

A la vente de nos rails construits par le travail forcé de nos pères, à la liquidation de toutes nos industries, à la prévarication de notre compagnie aérienne, au détournement des fonds du projet coton,  aux chimères proposées à nos populations, le Prof. Alpha CONDE oppose en 5 ans, un bilan de bâtisseur d’une nation sur la voie de l’émergence. La construction du barrage hydro-électrique de Kaleta dont la puissance est supérieure à l’ensemble de nos capacités électriques installées depuis l’Indépendance, la construction des écoles, hôpitaux, routes, hôtels…, une gestion macro-économique saluées par l’ensemble de la  Communauté financière internationale, une agriculture, qui de l’avis même de nos braves paysans, n’a jamais été autant soutenue par l’Etat, une présence diplomatique qui redonne au Peuple du 28 septembre sa fierté d’antan.

En vérité la raison principale du refus de l’opposition dite républicaine d’aller au scrutin présidentiel est la peur d’assister, impuissant, à la réélection du Professeur Alpha Condé dès le premier tour à cause de ce bilan élogieux partagé par les populations tant urbaines que rurales qui d’ailleurs se mobilisent jour après jour pour rendre un hommage mérité à l’homme du changement.

Conakry, le 31 mars 2015

LE BUREAU EXECUTIF