Encourageant les militants lors de l’assemblée générale de son parti, à aller retirer leurs cartes d’électeur, le cadre du RPG arc-en-ciel, Sory Sow, a prédit ce samedi 22 février à Conakry, ce qui va se passer le 1er mars prochain, jour prévu pour les élections législatives couplées au référendum.

Il a tout d’abord demandé de ne pas «vous laissez manipuler par ceux qui disent que la Guinée va brûler le dimanche. Ils ne peuvent pas brûler la Guinée. Ils ne sont pas les seuls en Guinée. Le dimanche prochain, on ira voter et en paix. Il n’y aura aucune violence. Il n’y aura aucune pagaille. Le peuple ira le dimanche voter et rentrer librement chez soi ».

Et d’ironiser : « Je vais commencer mon intervention par vous raconter une histoire que j’ai vécue avant hier. Vous savez j’avais appris la semaine passée qu’on allait préparer dans la rue. Malheureusement, je n’ai pas laissé la dépense à la maison, je croyais que j’allais manger dans la rue. Mais au finish, je n’ai vu ni marmites ni cuisinières ni riz. J’ai passé toute la journée sans rien mangé. Pourtant, ils nous ont promis qu’on allait avoir des marmites des cuisinières et à manger dans la rue.» Il faisait sans doute allusion à l’annonce de Fodé Oussou, un des vice-présidents de l’UFDG qui, le weekend dernier, a annoncé que les membres du FNDC allaient préparer leur manger dans la rue.

Avant d’appeler les militants et le peuple de Guinée à « rester sereins. Le dimanche, on va leur promettre des électeurs disciplinés, libres, indépendants et patriotes. Le RPG ne fera pas de violence. L’Etat prendra ses dispositions pour sécuriser tous les citoyens guinéens ».

« L’appel qu’on lance à tous les jeunes, ajoute-t-il, tous les jeunes du RPG. Je dis bien, en plus d’aller voter, aller sécuriser les centres de votes. Ne faites pas de violence, n’insultez personne, ne frappez personne, mais refusez à tout prix qu’on pagaille dans les centres de vote. Sympathisants et militants du RPG AEC, le dimanche 1er Mars, C’est un défi qu’on nous a lancé. C’est un défi qu’on a lancé au peuple de Guinée. Ce défi-là, on doit le relever. Il faut qu’on le relève ».

Pour rappel, cette semaine à Faranah, dans un de ses fiefs, le président guinéen a demandé à ses partisans de ‘‘frapper quiconque s’attaquerait aux urnes le jour du vote’’.

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

Publicités