C’est sous la houlette de l’inspection générale du travail, que le local du ministère de la Fonction publique, a servi de cadre, ce vendredi 4 mai, à la rencontre entre les responsables du syndicat libre des enseignants chercheurs de Guinée (SLECG), aile Aboubacar Soumah et la partie gouvernementale. Cela autour de l’un des points de la récente grève soulevée par ledit syndicat, à savoir, le rehaussement du salaire de base des enseignants à 8 millions de francs guinéens.

Après quelques heures de discussions, les négociations ont été renvoyées au vendredi prochain ; la date limite pour le dépôt des listes permettant la création des commissions paritaires des deux côtés est fixée au mardi.  L’inspecteur général du travail, Dr Alya Camara et le secrétaire général du SLECG, Aboubacar Soumah, ont fait le point sur la rencontre.

Pour Aboubacar Soumah, « Comme pour toutes négociations, il y a des préalables, donc on a donné tous ces préalables-là. Le gouvernement donc doit trouver  des solutions à ces demandes avant de passer aux négociations proprement dites. On met la semaine prochaine à profit pour trouver la solution à toutes ces questions et nous allons aussi nous préparer puisque nous avons défini des termes de ces négociations. Nous allons, chaque partie, c’est-à-dire, gouvernement et syndicat, designer des membres qui vont représenter les parties lors des négociations. Nous allons leur déposer une correspondance d’ici mardi prochain pour que le gouvernement prenne un arrêté nous conviant à l’ouverture proprement dit des négociations », a-t-il expliqué.

Le syndicat peut-il faire des concessions ? « Quand il y a des négociations il faut obligatoirement une issue (…), je suis sûr que les arguments ne nous manqueront pas pour arracher quelques choses des mains du gouvernement. Nous sommes prêts à faire des concessions néanmoins, nous verrons sur les 8 millions qu’on demande au gouvernement ce qu’on peut lâcher », a répondu le camarade Soumah.

Pour sa part, Alya Camara, inspecteur général du Travil, a expliqué que : « C’est les termes qu’il faut appliquer. D’abord quelques observations ont été faites de la part du syndicat, nous n’allons pas revenir sur toutes ces observations-là ici. Et par rapport à ces observations, nous avons demandé  à la partie gouvernementale d’apporter les éléments de réponse la semaine prochaine, on se retrouvera vendredi  pour apporter des éléments de réponse par rapport à ces observations préliminaires avant le vif du sujet. Et en dehors de ces observations préliminaires, nous nous sommes attaqués au vif du sujet, notamment la mise en place de la commission paritaire gouvernement et syndicat pour l’ouverture de ce couloir de négociation. Donc, les deux parties vont faire des désignations respectives, le syndicat va designer officiellement ses représentants à cette commission paritaire, le gouvernement va aussi designer ses représentants. La date limite de dépôt de la liste de ces représentants  est fixée pour mardi prochain.  Et les parties se retrouveront dans cette salle  vendredi  prochain pour la poursuite des négociations. »

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

Publicités