Le président Alpha Condé a inauguré, vendredi 9 juillet, le centre de cathétérisme cardiaque réalisé sur fonds propre de la Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS) à Conakry.

Ce centre qui dote la Guinée des capacités de réaliser la coronarographie, l’angioplastie coronaire, l’angioplastie périphérique, le pacemaker,… va désormais réduire le flux d’évacuations sanitaires vers d’autres pays.

Cette cérémonie a connu la participation de plusieurs membres du gouvernement, des cadres de l’administration et des diplomates.

D’après Malick Sankhon, DG de la CNSS, son institution qui était limitée pendant un demi-siècle dans le recouvrement de cotisations et versement de prestations sociales « est entrée dans une nouvelle ère de profonde mutation, guidée par une gestion axée sur le résultat ».

Avant de faire savoir que ce centre de « cathétérisme cardiaque vient répondre à un véritable besoin pour lequel beaucoup de personnes étaient contraintes d’aller à l’étranger et d’autres moins chanceux, hélas, ont perdu la vie où d’autres encore condamnés à traîner des séquelles physiques et psychiques, aux conséquences sociales et économiques dramatiques ».

Remerciant enfin le président, M. Sankhon a égrené quelques perspectives, telles que : l’achèvement des travaux et d’équipements de l’hôpital de Gbessia.

À sa prise de parole, le président de la République a félicité l’équipe de la CNSS pour les progrès réalisés dans ce domaine si important. « Sans la santé, l’homme ne peut pas jouir de ses différentes activités ni du bien du pays. Donc nous félicitons les progrès accomplis par la caisse sous la direction de notre cher frère Malick Sankhon », a déclaré le président Condé.

Avant d’annoncer la construction d’une clinique de dernière génération grâce à l’appui des partenaires : « nous sommes obligés aujourd’hui de faire évacuer nos citoyens soit à Tunis, au Maroc ou en France. Cela ne sera plus le cas. En plus des progrès réalisés par la Caisse nationale de la sécurité sociale, l’hôpital Donka est doté des matériels derniers cris. Il en est de même pour l’hôpital sino-guinéen. Mais cela n’est pas suffisant. Nous avons mis en place une commission de médecins pour faire le point de tous les équipements existants actuellement en Guinée. Car la SFI est prête à financer une clinique, pour que tous les équipements qui sont nécessaires pour que tous les Guinéens soient soignés en Guinée… »

Quant au ministre de la Fonction publique et du travail, Mamadou Ballo, il a vanté les résultats obtenus par la Caisse nationale et apprécié les résultats obtenus par le président de la République depuis quelques années. « Aujourd’hui, la Caisse nationale de sécurité sociale va faire un pas vers les soins, en offrant à notre pays le premier bloc de cathétérisme cardiaque, doté d’équipements ultra-modernes. Ce centre qui doit être inauguré, ainsi que toutes les autres actions posées par les services en charge de l’administration et du travail, sont à mettre à l’actif du gouvernement sous l’impulsion de son excellence monsieur le président de la République », a-t-il dit.

C’est par la coupe du ruban inaugural par les officiels et la remise de satisfecit de reconnaissance au chef de l’Etat et au représentant de l’OMS que la cérémonie a pris fin.

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com