Comme les autres acteurs de la vie sociopolitique guinéenne, Aboubacar Sylla, ministre des Transports et président du parti l’Union des forces pour le changement (UFC), était ce jeudi 26 septembre, chez le premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana, dans le cadre des consultations lancées autour de la constitution. 

Faisant le compte rendu de la rencontre, il a indiqué sur la question de la constitution que : « nous avons dit en tant que Guinéen, nous sommes gênés d’être gérés depuis 9 ans par une constitution qui n’a aucune forme de légitimité, qui n’est pas l’émanation du peuple de Guinée, qui, en aucun cas, n’a été soumis à l’onction populaire. Nous voulons d’une constitution qui soit votée par voie référendaire, qui soit l’expression de la volonté du peuple de Guinée. La constitution comme on le dit c’est la loi des lois, c’est la mère des lois, c’est un contrat social qui unit des personnes qui vivent dans le même pays et qui ont donc en commun un passé, un présent et un avenir. Il est donc important que ces personnes se mettent d’accord sur les principes, sur les règles, sur les institutions qui les gèrent. Ce qui n’est pas le cas pour la constitution actuelle. La nécessité de changer de constitution nous semble tellement évidente que nous ne comprenons pas ces contradictions qui se font aujourd’hui dans la cité. »

Il ne s’agit pas de changer de constitution, il s’agit de changer de constitution pour prendre un nouveau départ

Pour lui, «  nous savons tous  que cette constitution présente  de sérieuses lacunes, de sérieuses contradictions, des grandes omissions et il faut donc la remettre  à jour.  C’est ça l’exercice que nous avons proposé au premier ministre et à son équipe, c’était de traduire au président de la République la volonté de l’UFC d’aller effectivement vers un referendum qui nous permet de nous doter d’une autre loi fondamentale qui soit l’émanation du peuple de Guinée ; qui prenne en compte nos préoccupations actuelles, donc qui soit remise à jour et qui puisse être donc le texte fondamental qui va régir la vie de tous les Guinéens.  Mais nous avons ajouté ceci, c’est qu’en changeant de constitution, on change de République, et pour changer de République, il faut que beaucoup de choses changent dans notre pays. Il ne s’agit pas de changer de constitution, il s’agit de changer de constitution pour prendre un nouveau départ. Notre pays doit prendre un nouveau départ à l’occasion de cette nouvelle constitution. Nous devons améliorer la qualité de notre gouvernance, nous devons lutter plus efficacement contre la corruption, contre le communautarisme, contre l’insécurité, contre l’injustice dans notre pays… »

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

Publicités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici