Le  mouvement citoyen pour l’électrification de la Haute-Guinée, a tenté d’amorcer une nouvelle série de manifestations ce mardi 28 juillet 2020, pour exiger cette fois-ci la libération de leurs camarades qui ont été mis aux arrêts le mardi 21 juillet dernier. Ces derniers sont détenus à la maison centrale de Kankan, en attendant leur jugement.

Ils sont au nombre de 22, tous membres du mouvement citoyen pour l’électrification de la Haute-Guinée, qui ont mis aux arrêts le mardi 21 juillet dernier, dans une manifestation, réclamant la construction d’un barrage hydroélectrique à Kankan. Ils ont été déposés à la maison centrale dans la journée de ce lundi 27 juillet 2020, en attendant leur jugement dans les prochains jours.

Ce mardi 28 juillet 2020, le mouvement citoyen pour l’électrification de la Haute-Guinée à sa tête Ousmane M’Bia Kaba et quelques femmes étaient au rendez-vous à partir du quartier Timbo, pour se diriger vers le marché Dibida, en empêchant les marchands de vaquer à leurs occupations quotidiennes. Leur objectif ? Exiger la libération de leurs collègues qui sont à la maison centrale de Kankan. Arrivée au rond-point Milo Bar, le groupe s’est heurté à une dizaine de pick-ups des forces de l’ordre qui les ont dispersé.

Naba Camara, responsable des femmes. « Ce que nous demandons aux autorités c’est de laisser nos enfants. Ils n’ont rien fait comme mal, c’est une réclamation citoyenne, donc nous demandons leur libération sans conditions.»

Pour le moment, aucune visibilité sur la situation des 22 membres du mouvements. En outre, toutes les activités économiques fonctionnent normalement comme d’habitude.

De Kankan, Moussa Konaté pour Guinee7.com