photo d'illustration

Orphelin de mère il y a juste deux mois, un petit garçon de 13 ans a été bastonné, défiguré, deux (2) de ses doigts sectionnés à l’aide d’une machette, samedi 12 juin 2021, dans la sous-préfecture de Soulouta, préfecture de Nzérékoré, rapporte la correspondante régionale de l’AGP. L’acte se produit en ce mois de juin, consacré à la promotion des Droits des enfants.

Son seul crime serait le fait de cueillir une mangue dans un champ d’autrui pour satisfaire son besoin alimentaire. L’affaire a suscité de nombreuses réactions dans la préfecture de N’Zérékoré. Il est actuellement pris en charge à l’hôpital régional de N’Zérékoré. Son état est jugé ‘’critique mais stable’’.

Les trois présumés auteurs dont un aveugle, ont été mis aux arrêts et conduits à la maison centrale de N’Zérékoré en attendant leur procès.

Interrogé sur cette situation, Thièrno Alseny SOUARE, inspecteur régional de l’Action Sociale, a affirmé que trois personnes seraient complices dans cette affaire dont un aveugle.

« Quand je suis allé pour prendre la version des parents, ils m’ont fait comprendre que c’est un aveugle qui était l’acteur principal. Mais la plus grande question est de savoir, comment est-ce possible qu’un aveugle ait une machette ? Comment s’est-il arrangé pour sectionner les deux (2) doigts de l’enfant, sectionner une partie de son bras droit et le défigurer de la sorte ? En aucun cas, il n’aurait pas l’audace de faire un tel acte ignoble seul sans l’aide  de quelqu’un d’autre », a-t-il indiqué.

Il a ajouté qu’« aujourd’hui on est en train de parler de la promotion de l’enfant en Guinée. Nous voudrions avoir des enfants dignes de notre Afrique. Et voici des comportements pareils ou des personnes mal intentionnées veulent mettre tous ces efforts fournis par le gouvernement et les partenaires techniques et financiers à l’eau. Il faudrait que les populations comprennent que les actions menées par le gouvernement et ses partenaires s’inscrivent dans le cadre du respect et de la promotion des droits des citoyens particulièrement les femmes et les enfants qui sont des couches vulnérables. Ils ont tenté de camoufler l’affaire mais tant qu’il n’y aurait pas de sanctions, les violences à l’égard des femmes et les enfants vont perdurer. C’est pourquoi j’invite la population à aider l’Etat pour faire respecter les lois. Les communautés doivent savoir que tout ce que nous faisons est dans leur intérêt et celui de toute la Guinée », a-t-il conclu.

A noter que c’est grâce à la synergie d’action entre les services sanitaires, l’action sociale et la gendarmerie que cette affaire a été vite saisie.

Source : AGP

PS: Le titre est de guinee7.com