Comme annoncé par un communiqué présidentiel il y a quelques jours, la première session ordinaire du Conseil Economique, Social, Environnemental et Culturel (CESEC) s’est ouverte ce mardi 16 mars 2021.

Tenue dans les locaux de ladite institution, cette cérémonie a été présidée par le ministre d’Etat en charge des Relations avec les Institutions Républicaines, Mohamed Lamine Fofana.

Prenant la parole, le Ministre d’État a tenu à rappeler que « cette session comme la précédente, s’ouvre au lendemain du processus électoral qui a consacré la brillante élection du Pr Alpha Condé à la magistrature suprême, mais également dans un climat sanitaire préoccupant pour le pays avec deux épidémies particulièrement dangereuses et qui impactent négativement sur la vie sociale des populations ».

« Néanmoins, poursuit-il, de par votre mission constitutionnelle de conseils et de recommandations aux pouvoirs exécutifs et législatifs, nul doute que votre session tiendra compte de cette réalité dans vos analyses, études et propositions des sujets à l’ordre du jour ».

De son côté, la présidente du CESEC, Hadja Rabiatou Sera Diallo a d’abord fait savoir que malgré le Covid-19, son institution conformément à ses missions, « a tout de même mené une série d’activités sur le plan national, africain et international ».

« Sur le plan national par exemple, le
CESEC a reçu à son siège d’importantes délégations dont le chef de file de l’opposition et son cabinet; l’ONG dénommée Synergie des Organisations de la Société Civile pour la Prévention des conflits électoraux;
une ONG française (Bureau d’étude d’expertise) et une délégation de l’Assemblée nationale », a-t-elle énuméré.

Plus loin, l’ancienne syndicaliste a déclaré : « fidèle et respectueux de sa mission constitutionnelle, qui est celle d’émettre des avis et recommandations à l’attention des pouvoirs exécutif et législatif, le CESEC, à défaut des saisines, traitera pendant cette première session ordinaire 2021, des sujets d’auto-saisine dont les thèmes sont les suivants : l’état des lieux du secteur agricole en Guinée; la problématique du transport maritime au regard des enjeux du développement durable en Guinée; l’impact social du dérèglement climatique dans notre pays et le financement de l’économie guinéenne. »

A rappeler que cette première session du Conseil Economique, Social, Environnemental et Culturel durera deux mois.

Mohamed Soumah pour Guinee7.com