Le Forum national des états généraux des droits de l’homme s’est ouvert, ce mercredi 20 juin, à Conakry. La cérémonie d’ouverture a connu la présence du président de l’INIDH, de quelques membres du gouvernement, des organisations de la société civile, des défenseurs des droits de l’homme, des juristes et des partenaires techniques et financiers.

Ce forum qui se tient du 20 au 22 de ce mois, permettra aux participants de travailler à l’élaboration de la lettre de politique nationale de promotion et de protection des droits de l’homme en Guinée tant souhaité par le ministère de l’Unité nationale et de la Citoyenneté.
Pour Sérafine Wakana, coordinatrice du Système des Nations Unies en Guinée, « ce rendez-vous constitue un jalon d’une importance capitale, à ce qu’il ouvre aux fils et filles de la Guinée une ère nouvelle de jouissance de ces droits de l’homme d’une façon ordonnée, coordonnée et systématisée autour des priorités que les présentes assises traceront ». La diplomate onusienne précise ensuite que « les principes de concertation et de participation privilégiés pour aboutir à cette étape témoignent de l’attachement aux valeurs universelles partagées et assurent que de ce forum sortiront des recommandations d’actions pertinentes, pour la mise en place d’une politique nationale de protection des droits de tous, sans négliger ni laisser personne ».

Sérafine Wakana soutient que ces assisses cadrent parfaitement avec les obligations contractées par la république de Guinée pour la ratification de plusieurs instruments internationaux relatifs aux droits de l’homme. Elle a aussi réitéré l’engagement du Système des Nations Unies à accompagner la Guinée dans ce processus.
Dans son discours d’une trentaine de minutes, le ministre de l’Unité nationale et de la Citoyenneté, Khalifa Gassama Diaby, a déclaré que « l’ouverture de ce Forum National des Etats Généraux des Droits de l’Homme (qui) nous conduira ensemble à déterminer ce que doit être notre Lettre de politique nationale de promotion et de protection des droits de l’homme, ainsi que son plan d’action. Pour les populations de la Guinée, pour le peuple de Guinée, et dans le respect de nos engagements internationaux et régionaux, nous nous devons pendant trois jours d’accomplir un travail irréprochable, rigoureux, honnête et juste».

« Pour que les droits de l’homme deviennent un repère structurant de nos rapports sociaux et politiques, il nous faut travailler pour donner sens et corps à ce que Pierre Hassner aimait appeler “le triangle d’or “, c’est-à-dire le rapport complémentaire et dynamique entre les droits de l’homme, l’état de droit et la démocratie, et veiller à ce qu’aucun élément de ce triangle d’or ne se retrouve isolé des autres, au risque d’une perte de sens et de perspective légitime durable », renchérit Gassama Diaby.

Bhoye Barry pour guinee7.com
00224 628 705 199