Le document de Stratégie nationale de prévention des conflits en Guinée a été validé, ce mercredi 15 novembre, à Conakry, après un atelier de deux jours, organisé à cet effet par le ministère de l’Unité nationale et de la Citoyenneté, sur un financement du Système des Nations unies (SNU).

Ce nouveau document, selon les organisateurs, vise à faire participer activement la population, notamment les jeunes et femmes, à la gestion de la chose publique ; faire contribuer les échanges de dialogue sociopolitique à l’exercice démocratique et de garantir la transparence des processus électoraux, le respect de la personne en période électorale. L’objectif du document est de renforcer la culture de la paix et une citoyenneté responsable ; contribuer aux respects des droits de toutes les personnes établies sur le territoire national ; promouvoir les bonnes relations et la cohabitation civique entre les différentes composantes communautaires ; et assurer la sécurité transfrontalière et circonscrire les menaces extérieur.

Le représentant du SNU à cette cérémonies, Patrice Vahard, estime que « la solution la moins chère, c’est la prévention, et c’est pour cela que je salue la vision du gouvernement, la vision de tous ceux et toutes celles qui sont derrière ce programme. (…) Cette stratégie que vous venez de valider techniquement, est le résultat d’un long processus participatif initié par le ministère de l’Unité nationale et de la Citoyenneté, sous la haute direction de M. le Ministre, appuyé par le Système des nations unies, avec un financement du Fonds de consolidation pour la paix ».

Président la cérémonie de clôture de cet atelier, Amirou Diawara, de chef de cabinet du ministère de l’Unité nationale et de la Citoyenneté, a tout d’abord rendu un hommage au désormais ex-ministre dudit ministère, Khalifa Gassama Diaby, qui a démissionné une heure avant la cérémonie.

Dans son discours de circonstance, Amirou Diawara, a déclaré que « ce travail d’élaboration de stratégie de prévention et gestion des conflits vient confirmer la volonté de l’État guinéen de prendre à corps la question de participation de la construction d’une nation débarrassée de la peur, de l’ethinicisme, du communautarisme et des menaces de conflits. (…) La mise en œuvre de cette stratégie est garante de l’amélioration de la gouvernance, la consolidation de la paix, la promotion et la protection des droits de l’homme et citoyen ».

Prenant part à cet atelier, El hadj Malal Diallo, vice-président de l’Organisation guinéenne de défense des droits de l’homme et du citoyen (OGDH), en tant qu’activiste des droits de l’homme, s’est félicité dudit document d’une cinquantaine de pages qui vient à son heure pour gérer les conflits. « Ce document qui vient d’être validé a tendance à résoudre les vrais problèmes de la Guinée, c’est-à-dire la résolution, la gestion des conflits. Parce que les derniers développements des événements en Guinée, ça nous montre que nous avons besoin d’un document de stratégie sur la gestion des conflits en Guinée. C’est un document qui s’est intéressé aux causes et conséquences des violences en Guinée et qui cherche à les atténuer, sinon à les éliminer. De toute façon, les conflits, on ne peut pas les éviter, il faut les gérer. Ce document, si vous voulez, c’est un document de gestion des conflits en Guinée », a soutenu le doyen Malal Diallo.

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici