Après la rencontre bilatérale entre les membres des comités de lutte contre la traite des personnes de la République de Guinée et de la Sierra Leone, ce mardi 28 juillet 2020, l’Organisation Internationale pour la Migration (OIM-Guinée) a organisé un atelier de formation des services de défense et de sécurité postés à la frontière de Pamelap sur la “lutte  contre la traite des personnes en République de Guinée grâce à une meilleure communication et assistance”.

Ils sont au total près de 20 agents, tous corps confondus à bénéficier de cette formation.

« Généralement on ne peut pas combattre un phénomène dont on ne connait les dangers c’est la raison pour laquelle, sachant que la traite et le trafic des êtres humains sont quelques fois méconnus par nous tous. On essaie de venir pour qu’on soit tous sur la même longueur d’onde, qu’on ait tous la même compréhension du phénomène, » a déclaré Mohamed Condetto Touré, responsable projet à OIM-GUINÉE dans son discours de circonstance.

Cette cérémonie d’ouverture a été présidée par M. Kandet Bangoura, secrétaire général chargé des affaires administratives à la préfecture de Forécariah. « Je suis très heureux de présider une telle séance. Une séance qui va pour anéantir un fléau, avant on disait la traite des noirs maintenant on dit la traite des personnes, donc, si on fait un rapprochement c’est dire que c’est la traite des personnes. »

Commissaire Kanfing Traoré, responsable de l’Office Protection du Genre, Enfance et des Mœurs (OPROGEM) au commissariat spécial de la police  des frontières à Pamelap, est l’une des participantes.

« L’esclavage a été aboli. Mais l’esclavage a été modernisé d’une autre manière par les trafiquants. C’est-à-dire ils profitent de la vulnérabilité, de la pauvreté, de certaines personnes pour recruter les femmes et les enfants, pour les amener en dehors de la Guinée et les revendre. Les obliger à l’exploitation sexuelle ou à des travaux forcés. Le plus souvent c’est des femmes et les enfants qui sont victimes, » a-t-elle souligné.

Au terme de l’atelier, Commissaire Kanfing Traoré, a déclaré ceci : « Je suis engagée. Je m’engage corps et âme à lutter contre la traite des personnes, contre le trafic illicite de migrants. Je suis là, toutes les personnes qui passent par la frontière je les identifierai pour chercher à savoir où elles vont, d’où elles viennent et elles voyagent avec qui. » 

Il faut rappeler que ce projet de lutte contre la traite des personnes en République de Guinée, grâce à une meilleure communication et assistance aux victimes de la traite, est piloté par OIM-Guinée sur financement de l’Ambassade du Royaume-Uni en Guinée.

Bhoye Barry, de retour de Pamelap pour guinee7.com

00224 628 705 199