Dans sa mission de réduire la pauvreté dans le pays, l’Agence nationale d’inclusion économique et sociale (ANIES) a lancé, ce samedi 21 novembre, la deuxième phase de sa campagne de distribution de vivres aux ménages les plus pauvres.

C’est dans les communes de Kaloum et Dixinn que les responsables de l’agence ont procédé au lancement officiel de cette vaste campagne.

Alpha Kabinet, superviseur de l’ANIES dans la commune de Dixinn, nous a donné les statistiques. « Au compte de la commune de Dixinn, nous avons deux sites de distribution des vivres composés du riz et de l’huile. Le premier site à l’école Tito, nous avons 1.040 ménages bénéficiaires. Le second site, c’est à l’école primaire Dixinn-Centre 1 avec 1.153 ménages. L’opération se passe très bien, parce qu’au lancement de la 2ème phase, le 14 octobre, nous avions pu distribuer à 268 ménages avant d’arrêter, compte tenu de l’élection. C’est cette opération qui continue », a-t-il informé.

D’après Hadja Aissata Daffé, directrice générale adjointe de l’ANIES, l’objectif de l’institution reste inchangé. « L’ANIES continue à partager la prospérité. Depuis le matin, nous avons visité les sites de distribution de Tombo à Kaloum, de Bellevue à l’école primaire Tito et à l’école Dixinn-Centre 1, dans la commune de Dixinn. Partout où nous sommes passés, il y a de l’engouement. Les gens sont tous pressés de recevoir les vivres, pensant que s’ils ne reçoivent pas tout de suite, qu’ils vont rater, alors qu’ils sont déjà tous listés pour que chacun ait sa part. Nous avons fait des doléances auprès des bénéficiaires, de donner la priorité aux vieilles personnes, aux femmes en grossesse et aux nourrices », a-t-elle déclaré, apparemment satisfaite de la tournure de cette campagne.

Avant de poursuivre en disant que : « Si hier les gens avaient des doutes, aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Le partage des vivres est effectif. Les gens reconnaissent la nécessité du travail que l’ANIES est en train de faire, parce qu’au départ, on avait voulu politiser la chose. Nous avons fini les élections, mais les gens voient que la distribution se poursuit toujours.  C’est le lieu de remercier le chef de l’État, le Premier ministre et tout le staff de l’ANIES qui se bat sur le terrain ».

Sur le terrain, au nom du Réseau d’appui au développement local (Resadel), Mory Keita, en partenariat avec l’ANIES, a expliqué le procédé pour cette campagne. « Pour cette phase, il y a 1.149 ménages qui sont prévus pour la commune de Kaloum. Il y a 67,91 tonnes des vivres qui sont prévus pour ces ménages. La distribution, c’est à deux niveaux. Nous procédons d’abord à l’identification à partir de la base des données qui ont été remontées par l’ANIES au niveau du PAM. Les ménages sont mis par quartier. Nous procédons d’abord à l’appel des ménages, la programmation de la distribution. Quand ils arrivent sur le site, il y a 3 niveaux de vérification. Le premier consiste à savoir est-ce que la personne du ménage appelée est celle qui s’est présentée. Ensuite, on le conduit vers l’ANIES qui fait le second contrôle. Et le troisième contrôle est fait au niveau de là où la distribution est faite ».

Pour Ibrahima Sory Camara, l’un des bénéficiaires, c’est une satisfaction de recevoir une assistance de la part du gouvernement. « Cela me fait beaucoup plaisir de recevoir cette action humanitaire de la part de l’ANIES. C’est important pour nous les citoyens qui vivons une crise sanitaire et politique dans le pays. C’est une bonne chose, le fait que le gouvernement pense aux citoyens. Je demande à l’État guinéen de pérenniser cette action, pour soulager les populations guinéennes », a-t-il dit.

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.